Pétition unitaire Classes Préparatoires aux Grandes Ecoles (CPGE)

Contacter l'auteur de la pétition

Ce sujet de conversation a été automatiquement créé pour la pétition Pétition unitaire Classes Préparatoires aux Grandes Ecoles (CPGE).


Visiteur

#126

2013-11-24 22:09

Il est indispensable d'aider les enseignants en ZEP. Mais pourquoi est il si difficile de ne pas nous désavantager quand il faut en aider d'autres? Peut être parce qu'il faut faire preuve d'intelligence? Exercice périlleux pour le "gouvernement" actuel.
Bien au delà d'une attaque honteuse envers ceux qui forment les meilleurs ingénieurs, scientifiques, financiers, philosophes, etc. de demain, c'est une remise en cause profonde de l'existence des CPGE à laquelle nous assistons.
Alors étudiant, mes professeurs disaient déjà qu'ils entendaient que cette structure allait disparaître, et ce depuis des années, et que, au final, ils étaient toujours là...
Je ne sais pas si nous pouvons en dire autant aujourd'hui, avec ce projet.
Il ne s'agit pas de se laisser glisser, petit à petit, vers une modification irréversible de nos statuts.
Diffusons le plus largement possible cette pétition. Et agissons avec nos propres moyens contre ce projet scandaleux.

Visiteur

#127

2013-11-24 22:15

Enseignante en maternelle ("instit"), je déplore que le gouvernement nivelle par le bas ses enseignants, ses employés. Gardons des fonctionnaires de haut niveau si nous voulons créer la société de demain !

Place à une politique d'éducation ambitieuse, ne négligeant plus ses élites !
bébert

#128 Re: à propos des effectifs

2013-11-24 22:20

#3: -

Attention cher collègue, la disparition de la référence au 36ème élève concerne toutes les classes de lycée, et c'est une catastrophe ; allons nous voir des Tales avec 45 élèves ?

On peut déceler des avancées dans ces propositions mais il me semble que ce ne sont que des trompe-l'œil.


Visiteur

#129

2013-11-24 22:25

retrait des propositions

Ce message a été supprimé par son auteur (Montrer les détails)

2013-11-24 22:26



Visiteur

#131

2013-11-24 22:28

Il est très légitime d'imaginer que des petits cheffaillons d'établissement, comme nous en connaissons tous, imposeront à des collègues en sous-service des compléments dans le secondaire.

Visiteur

#132

2013-11-24 22:30

RETRAIT DE LA REFORME

Visiteur

#133

2013-11-24 22:31

Quand on connaît le travail fourni par ces enseignants qui mettent tout en oeuvre pour la réussite de leurs élèves ,il y a de quoi être sidéré .

Ce message a été supprimé par son auteur (Montrer les détails)

2013-11-24 22:42



Visiteur

#135

2013-11-24 22:43

Ingénieur à l'ancienne, Taupe à Fermat, Grandes écoles, jadis c'est comme ça qu'on fabriquait des ingénieurs qui avaient le titre ET la compétence. Notre société et surtout notre administration, sont truffées d'ingénieurs en titres, admis sur titre et qui passent leur temps à se déclarer incompétents et se limiter à la comptabilité des budgets et des unités d'oeuvre. La France a besoin de compétence.

Visiteur

#136

2013-11-24 22:50

Etudiant en CPGE, je souhaite le maintien de ce système tel qu'il est actuellement.

Ce message a été supprimé par son auteur (Montrer les détails)

2013-11-24 22:54



Visiteur

#138

2013-11-24 22:56

Proposer le retrait

Visiteur

#139

2013-11-24 23:05

Mettre les statuts à plat, oui. Mettre les personnes à plat, non!

Visiteur

#140

2013-11-24 23:06

Peut-être pourrait-on recommander aux membres du cabinet du Ministre la lecture de l'ouvrage de Caroline Daverne et Yves Dutercq, Les bons élèves. Expériences et cadre de formation, Paris, PUF, 2013?

Ce message a été supprimé par l'auteur de cette pétition (Montrer les détails)

2013-11-24 23:06



Visiteur

#142

2013-11-24 23:10

Sans rentrer dans les détails, j'apporte tout mon soutien aux enseignants de classe préparatoire qui pourraient être victimes de cette réforme.

Les enseignants sont majoritairement sous-payés. Faut-il rappeler que la plupart des enseignants de classe préparatoire auraient pu faire des carrières dans le privé autrement plus rémunérées ? Je suis déjà admiratif devant mes anciens enseignants qui ont eu le courage de choisir l'enseignement en CPGE...

Si on baisse le salaire des profs de prépa, qui aura la détermination de préférer une ENS voire l'Université à une école d'ingénieur ? (Je parle pour les prépa scientifiques). Et pourtant, tous les enseignants que j'ai eu auraient pu avoir une carrière d'ingénieur ; mes professeurs de mathématiques en sup et en spé avaient tous les deux eu l'Ecole Polytechnique par exemple, et l'avaient refusée.

L'enseignement dans le secondaire est déjà dans un état lamentable et n'attire plus (il n'y à qu'à voir le nombre d'inscrits au CAPES de mathématiques ces dernières années), pourquoi ruiner aussi l'attractivité de l'enseignement dans le supérieur ?

Visiteur

#143 Vers une baisse générale de la rélmunération des fonctionnaires?

2013-11-24 23:11

Un premier pas vers la baisse des salaires des fonctionnaires, il est fort à parier qu'il soit suivi d'autres, si ça passe.
Le système actuel est complexe et certainement perfectible, mais la proposition actuelle n'est que régression.
Rendre plus juste la rémunération des enseignants en CPGE est envisageable, la faire juste reculer ne l'est pas.


Visiteur

#144

2013-11-24 23:15

Merci aux anciens élèves qui ont pris le temps d'écrire quelques mots sur ce que leur avait apporté un parcours en CPGE. Leur soutien et leur reconnaissance sont réconfortants, alors même que l'institution nous retire l'un et l'autre sans autre forme de procès.

Visiteur

#145

2013-11-24 23:15

Un simple enseignant de classe prépa qui travaille du lundi au dimanche inclus.

Visiteur

#146

2013-11-24 23:20

Ce message a été supprimé par son auteur (Montrer les détails)

2013-11-24 23:29



Visiteur

#148

2013-11-24 23:33

quelle honte

Visiteur

#149

2013-11-24 23:35

Projet déplorable, misérable, lamentable

Visiteur

#150

2013-11-24 23:41

Pour obtenir un poste en CPGE, il faut des années d'études (le plus souvent un doctorat), et passer un concours difficile.
Une fois le poste obtenu, il faut à nouveau travailler et s'investir énormément, quitte parfois (souvent) à sacrifier une partie de nos nuits... et c'est ainsi que notre employeur compte nous remercier? C'est ainsi qu'il pense "revaloriser" le métier d'enseignant et le rendre attractif?