Non à la suppression de la qualification par le CNU

Contacter l'auteur de la pétition

Ce sujet de conversation a été automatiquement créé pour la pétition Non à la suppression de la qualification par le CNU.


Visiteur

#1

2013-06-23 22:02

Supprimer la qualification c'est instaurer un recrutement purement et dégrader le potentiel de l'Université.

Visiteur

#2

2013-06-23 22:27

Supprimer la qualification permettrait à des centaines de dossiers irrecevables d'être envoyés simultanément à de nombreux postes ouverts au concours ! la procédure serait totalement polluée, les commissions locales verraient le nombre de candidatures exploser et perdraient un temps précieux à essayer de déceler les candidatures vraiment sérieuses... Ce serait une calamité.

Visiteur

#3

2013-06-23 22:37

Que dire de plus que de ce gouvernement nous n'attendions tout de même pas le pire ?...
C. R.

Visiteur

#4

2013-06-23 22:43

Moi qui fait la promotion depuis toujours d'un vrai concours national, je trouve cet amendement glissé en catimini totalement irresponsable et dérégulateur.
Dans le cadre de la transition vers le statut d'enseignant-chercheur pour les école d'architecture, l'existence du CNU constitue une référence. Sa disparition serait désolante et digne d'un gouvernement ultralibéral.

Visiteur

#5

2013-06-23 22:51

Les verts sont dans le fruit

Visiteur

#6

2013-06-23 22:53

Cette suppression est une aberration

Visiteur

#7

2013-06-23 23:05

On peut discuter le fonctionnement du CNU et les modalités de sa composition. L'utilité d'une instance de validation et de régulation par les pairs, tenant compte de tous les aspects du métier d'enseignant-chercheur, est hors de doute, si l'on veut conserver un caractère national au recrutement du corps enseignant des universités : c'est le seul garde-fou disponible contre le localisme et le copinage. Il convient de le renforcer, non de le supprimer.

Visiteur

#8

2013-06-23 23:13

supprimer l'amendement

Visiteur

#9

2013-06-23 23:15

j'espère que cette pétition produira ses effets!

Visiteur

#10

2013-06-23 23:19

La qualification est une institution aberrante. Elle est fondée sur le suspect à l'égard des jurys de thèse et de recrutement, et ne fait, finalement, qu'ajouter une autre instance aussi suspecte. Cette procédure, très française, ferme en outre les portes aux candidats étrangers qui découvrent au dernier moment qu'il faut soumettre leur dossier à une instance dont ils n'ont jamais entendu parler. Pour finir, la procédure produit encore plus de bureaucratie dans un système qui ne laisse que peu de temps pour faire de la recherche. Je ne peux qu'inciter chacun à ne pas signer cette pétition et à féliciter le gouvernement pour cette initiative.

Visiteur

#11

2013-06-23 23:20

Un acte irresponsable, suscitant, du fait de son caractère hypocrite et arbitraire, la défiance et le dégoût.

Visiteur

#12

2013-06-23 23:21

Pécresse l'avait avait imaginé, Fioraso l'a fait et grâce aux Verts ! Quelle déception depuis les assises qui ont été une profonde tromperie à l'égard des universitaires.

Visiteur

#13

2013-06-23 23:23

Quand les verts font une politique socialiste de droite, devinez l'issue des prochains votes ... quelle déception, quelle trahison, quels ignorants ! De deux choses l'une: soit ces politiques sont stupides, soit ils le font exprès

Visiteur

#14

2013-06-23 23:24

L'égalité, dans la république, doit se mesurer également sur tout le territoire.
C'est le sens d'une qualification unique contrôlée par le CNU.

Visiteur

#15

2013-06-23 23:24

C'est absolument exaspérant. L'argument financier pour la fermeture ne tient pas : un mandat au CNU est un sacerdoce de plus dans la carrière de l'enseignant-chercheur. L'argument de la redondance ne tient pas non plus : les critères d'un jury de thèse ou d'un comité de sélection diffèrent de ceux des rapporteurs du CNU. Trois choses essentielles sont mises en péril en cas de suppression de l'institution : l'indépendance par rapport à toute sphère d'influence locale ; l'existence d'un lieu d'échange où s'esquisse, malgré la vitesse du travail, un aperçu des méthodologies et des sujets de recherche ; tout simplement l'équité. Il ne faudrait pas confondre "choc de simplification" et instauration de l'arbitraire, ni oublier que des instances collégiales de contrôle comme le CNU sont importantes non seulement par leur action effective, mais aussi par leur effet dissuasif et régulateur. Pardon d'enfoncer des portes ouvertes.

Visiteur

#16 Re: Un politique n'est jamais stupide, sinon…il ne serait pas un politique. Donc…il le fait exprès!

2013-06-23 23:25


Visiteur

#17 Re:

2013-06-23 23:26

#10: -

Oui la qualification CNU est une forme de méfiance vis-à-vis des jurys de thèse, mais non cette instance supplémentaire est beaucoup moins suspecte de par la publicité de son action. Oui, cette qualification est très française, tout comme la structure de l'université, etc, etc. Défendre le droit aux non-français de postuler dans un pays aussi arriéré à vos dires relève du sadisme.


Visiteur

#18

2013-06-23 23:29

La qualification nationale est le gage de la qualité de l'Université, dans son caractère d'universalité, en opposition avec tous les localismes et les jeux de pouvoir locaux.
Choisir un pseudonyme

#19 Oui à la suppression !

2013-06-23 23:32

Le recrutement dans les universités françaises est-il si performant par rapport à celui des autres pays qu'il faille à tout prix conserver cette spécificité qu'est le CNU ?
Le CNU renforce les barrières disciplinaires, il défavorise les étrangers, et il n'empêche pas le localisme (et il renforce le centralisme !)
C'est vrai qu'il faudra peut-être faire soutenir les thèses de manière plus responsables, est-ce que ce serait si grave?

Visiteur

#20 Re:

2013-06-23 23:32

#7: -

Avoir une thèse de doctorat est déjà un grand pas dans la recherche, on est déjà évalué. Le CNU -tel que son rôle a été défini jusque là- est une étape inutile qui peut être aussi parfois basée sur du copinage. Au risque de choquer, pour moi, la suppression de la qualification est une bonne nouvelle! On devrait plutôt s'interroger sur la façon d'accompagner les enseignants-chercheur dans leur carrière, puisque rien n'est fait dans ce sens. Les universités sont tout à fait aptes à choisir un recrutement.

L'argument du caractère national au recrutement du corps enseignant des universités ne tient la route que si un emploi était garanti à toute personne qualifiée. De concours en concours, on en finit plus. Et puis, pourquoi le caractère national, pourquoi pas international ! c'est une spécificité franco-française qui alourdit les choses, quelle énergie gaspillée à s'évaluer les uns les autres.



Visiteur

#21 Re:

2013-06-23 23:39

#10: -

Vous vous trompez, les jurys de thèse valident la thèse, mais cela ne suffit pas pour pouvoir postuler à un poste de titulaire ! la qualification opère un filtre national très important, indispensable même tant que les recrutements locaux ne seront pas interdits ! (comme c'est le cas aux Etats unis, où chaque université recrute selon ses propres critères et ses propres stratégies, mais où le recrutement des candidats locaux est purement et simplement interdit).

En France on est champions des économies idiotes et contre-productives, et des systèmes mixtes et boiteux.


Visiteur

#22 Re:

2013-06-23 23:40

#10: -

Cela est inexact. Les dossiers étrangers sont étudiés de près, confiés à des enseignants-chercheurs versés dans la langue d'origine, bref les travaux sont lus et bien lus, et les différences des systèmes d'évaluation nationaux prises en considération. Enfin et surtout, nombreux sont les dossiers qui donnent lieu à qualification. Faire du CNU une espèce d'institution protectionniste serait caricatural.


Visiteur

#23 Re: Oui à la suppression !

2013-06-23 23:43

#19: Choisir un pseudonyme - Oui à la suppression !

Il vaudrait mieux en effet ouvrir une réflexion sur les barrières disciplinaires et faire des règles différentes pour les docteurs étrangers, plutôt que supprimer la qualification ! cela aboutira à une déferlante de dossiers envoyés pour chaque poste au concours, et un engorgement ingérable de la procédure au niveau local. On a déjà souvent 80-100 dossiers pour un poste, combien il y en aura-t-il s'il n'y a plus ce filtre ??

visiteur

#24 tant que l'état finance il doit être présent dans la procédure

2013-06-23 23:43

tant que la quasi totalité du budget des universités est financé par l'état. quand on appelle l'état au secours quand on ne sait pas boucler son budget, il est bien évident qu'il doit rester présent dans les procédures d'évaluation et de recrutement au travers du CNU qui reste l'instance la plus représentative de la profession. La qualification reste la meilleure solution! et à tous ceux qui croient encore que le cnu n'est là que parce qu'il y a un manque de confiance dans les jury de thèse, il est bon de leur rappeler qu'une thèse seule ne suffit pas pour être qualifié dans de nombreuses sections et c'est l'ensemble d'un dossier qui est évalué.

Visiteur

#25 enseignants-chercheurs le dimanche soir...

2013-06-23 23:48

Plus de 1100 signatures entre 21h et 23h45 un dimanche soir... on voit que les enseignants-chercheurs sont très réactifs, ça fait plaisir, mais ça montre aussi qu'ils sont nombreux à travailler le dimanche soir tard, et ça c'est assez déprimant