Contre la réforme INAMI des consultations à distance

Commentaires

#13

Je signe parce que je ne suis pas d'accord avec cette réforme

Patience Mambueni Malonga (GANSHOREN, )

#15

parce que , ancien du SVH , et n'ayant jamais été conventionné depuis 1978 ( et oui , je vais entrer dans ma 47ème année de pratique , que je réduis de plus en plus , évidemment , vu l'âge ) ,je sais ce qu'est la fracture numérique chez les patients âgés -et pas seulement eux , et que ce projet est un non sens pour pas mal de patients

michel DE VOLDER (Sint - Stevens - Woluwe, )

#20

HONTEUX

tinant philippe (signeulx, )

#31

Je suis totalement d'accord avec Christophe Dupont et estime que le caractère essentiel et fondamental de la médecine générale, fréquemment évoqué par les medias et le politique - mais jamais soutenu par les mêmes - sera encore plus important dans l'avenir .
Il nous faut donc IMPOSER des conditions de travail valorisantes et respectueuses des consultations à distances pour les années qui viennent.

Henri Maquoi (Ben-Ahin, )

#34

Je suis entièrement d'accord avec le Confrère Dupont. Le nombre de consultation prévue actuellement dans la proposition de l’INAMI est ridiculement bas ! Les temps ont changé et la consultation téléphonique (comme le télétravail), EST DEVENUE INDISPENSABLE. Elle n'est pas une panacée, mais peut avantageusement se substituer à une consultation présentielle (par exemple pour discuter de résultats, l'examen clinique ayant déjà été réalisé). Elle permet au patient de pouvoir consulter sans devoir prendre congé et sans devoir se déplacer (gain économique et écologique). Elle permet également aux personnes âgées de ne pas dépendre d'autres pour se rendre à la consultation. L'honoraire actuel de 20 euros est un minimum pour une téléconsultation (le temps qu'on y consacre est variable et globalement relativement identique à une consultation présentielle, même si on gagne le temps de l’examen clinique). La vidéoconsultation doit être légèrement mieux remboursée afin de permettre le défraiement de programme spécifique (ou d’opérateur nécessaire) mais pas le double. Il me semblerait plus juste d’accorder un remboursement annuel de 25 consultations (= 2 par mois max) que celles-ci se fassent en télé ou vidéoconférence. N’oublions pas que certains patients nécessitent à certains moments des appels quotidiens ou pluri hebdomadaires !

Laurent MERSCH-MERSCH (VEDRIN (NAMUR), )

#36

Cette façon de procéder est inacceptable

Patrick De Moor (Bruxelles, )

#46

Devoir faire installer whatsapp, zoom ou autre teams et se faire rétribuer ? Impossible ! Tant pis pour le risque, car utilisé pour les suspicions de covid. Je ferai venir les patients, au risque qu’ils se croisent à nouveau ! Ça prend déjà un temps fou ! D’envoyer les docs : demande de Test, ITT, prescriptions imprimer, signer, scanner, mailer… burn -out à cause de ça !

Dominique NARCISSE (Ixelles, )

#60

impossible de tenir sans ces contacts !

Benoit Dufranne (Boussu, )

#79

je'estime qu'elle est justifiée.

FREDDY PETRE (MOMIGNIES, )

#82

Jeune médecine généraliste, je constate tous les jours les difficultés de certains patients à prendre ne fut-ce que rendez-vous en ligne. Je les imagine mal se faire à une consultation en visioconférence dés lors.
Le système actuel est très efficace et permet de désengorger les salles d'attente.

Simon DUTERME (Mont sur Marchienne, )

#83

la visioconférence déshumanise la médecine,le contact direct avec le patient est essentiel (colloque singulier) , si exceptionnellement impossible (Covid) le téléphone suffit (puisqu'aujourd'hui on peut prescrire électroniquement en accord avec le patient ) et/ou organiser la visite à domicile qui reste le privilège de la MG ...

yves higny (sivry, )

#94

Généraliser la visioconférence et la téléconsultation en permettant que des sociétés commerciales puissent faire en sorte que la médecine devienne un bien de consommation comme un autre est une erreur. La médecine exige un examen clinique.
Je partage l'avis du confrère

XAVIER LEBLANC (Molenbeek Saint Jean, )

#104

Je ne suis pas d'accord

alain gemayel (bruxelles, )

#109

Le système actuel de téléconsultation est nécessaire à la prise en charge des patients. Dans le contexte épidémique actuel, il est impossible d'assurer un suivi de tous nos patients sans cela. La visioconférence n'est pas plus utile que la téléconsultation et est moins accessible aux patients.

Bila Zinga (Bruxelles, )

#116

Tout le travail que nous effectuons en ligne lors des consultations téléphoniques est un vrai travail chronophage et qui mérite d'être correctement rétribué.

Martine HANNICK (Thon, )

#121

Je suis généraliste et très inquiet par cette réforme sans savoir vers où va la pandémie...

Philippe Jadoul (5100 Jambes, )

#122

Je signe parce que je suis parfaitement en phase avec les propos de cette pétition.
Les patients seront les grands perdants. Mais c'est pas sûr que l'INAMI ne soit aussi un grand perdant du genre de celui qui se croit plus malin et qui se tire une balle dans le pied.

Etienne Leclef (Charleroi, )

#126

Médecin pensionnée mais solidaire avec les médecins actifs

France Chalon (Remicourt1, )

#128

Même comme médecin spécialiste, pneumologue, j'ai pu grandement aider les patients Covid avec ce 101135. Parfois avec des entretiens de plus de 30 minutes... Nous aussi, spécialistes, nous avons de plus en plus de mal à caser les patients, alors une consultation téléphonique est à la fois utile, efficace, et RENTABLE POUR L'INAMI !

Xavier VAN DER BREMPT (WAHA, )

#130

Je suis pensionné mais soutiens cette pétition.

Jean de Sélys (Remicourt, )

#137

Les consultations téléphoniques font maintenant partie integrante de notre travail de generaliste

Virginie Risse (Bruxelles , )

#140

Mes patients de saint-josse, commune dense et pauvre, n'auront pas accès à la vidéo, il y aura des problème technique de réseau, de connection... Le téléphone reste l'option la plus simple et la plus accessible au plus grand nombre!

Julie Catala (Saint-Josse-Ten-Noode, )

#141

Une consultation téléphonique, c’est une anamnèse aussi (voire plus) fouillée qu’en présentiel, un diagnostic, une prescription, voire un certificat; cela prend du temps et de la réflexion. Je n’ai pas l’utilité de la Visio pour cela, elle est ,de plus, moins RGPD que le téléphone. Tout cela pour 9€ (TM irrécupérable); je raccrocherai la télé consultation…

Alexandra Prouvost (Bruxelles, )

#146

On nous a obligé de faire des teleconsultations pour raison sanitaire et maintenant que cette façon de travailler est intégrée dans notre pratique on nous coupe l’herbe sous les pieds, de qui se moque-t-on ???

Marie-Gabrielle  Cuvelier (Renaix, )

#148

Il est indispensable de maintenir la possibilité de téléconsultation pour les généralistes mais aussi pour les spécialistes. En endocrinologie gynécologique, la communication des résultats , certaines adaptations thérapeutiques peuvent se réaliser à distance. Nous prenons en charge des pathologies rares au prix inami de la consultation de gynécologie en minimum 30 minutes. Les patientes viennent parfois de loin . Il est donc essentiel de pouvoir continuer à les prendre en charge en minimisant les déplacements inutiles .

Axelle Pintiaux (Liège, )

#151

Je signe car je suis en désaccord avec la demande de l inami

Thibault Vanneste (Bruxelles , )

#153

Défavoriser les hommes et femmes de terrain indépendants au profit des maisons médicales
Vooruit neen achteruit zeker

Werner Vanneste (Bruxelles, )

#168

je signe parce que la téléconsultation comme elle se pratique actuellement est hyper utile et simple d'efficacité.

sylviane thiry (RACHECOURT, )

#169

pas en phase avec la réalité du terrain

joel grosjean (mont sur marchienne, )

#176

Tout travail mérite salaire et il paraît impensable de demander aux patients de revenir en consultation pour chaque demande administrative maintenant qu’ils ont l’habitude de fonctionner à distance. Surtout dans un contexte de surcharge de travail. Les consultations qui auraient pu se faire à distance prendront la place des consultations pour les patients réellement malades.

Blaise Roegiers (Ottignies, )

#185

Parce que la consultation par téléphone est une aide tant pour le médecin que pour son patient. Gain de temps, d'énergie, moins de risque de contamination, beaucoup moins d'hospitalisation vu suivi régulier possible. Je signe aussi parce que tous les conseils que nous donnions gratuitement depuis des années sont de réelles consultations, même si gérée par téléphone. Je signe AUSSI parce que nous sommes surchargés depuis la crise COVID, et qu'aucune décision politique ne nous a réellement soulagés : la majorité des patients ont besoin de notre avis et ne fait confiance qu'en nous pour tout ce qui est de la nécessité de faire une pcr, les durées de quarantaine, des explications pour minimiser la contagion des proches. Ce n'est ni le tracing ni une quelconque plateforme qui arrive à nous remplacer, pour notre grand malheur, puisque tout le temps consacré à ça s'ajoute à nos consultations de visu, ce qui fait de nous des soignants épuisés. Au moins que ce travail, puisque nous devrons quand même toujours l'assumer, soit payé correctement !

Sophie Latteur (Woluwe Saint Pierre, )

#191

je suis médecin généraliste et que je suis pour le maintien de la situation actuelle

Claire Carnoy (Watermael-Boitsfort, )

#192

La dévalorisation de la médecine générale semble être orchestrée à partir des instances supérieures de l'INAMI.

paul dufour (bruxelles, )

#196

Nouvelle réforme inacceptable concernant les consultations téléphoniques

kevin Mathieu (Virton, )

#198

En tant que spécialiste j'ai aussi pu éprouver l'utilité de la téléconsultation. Pour une fois un système clair et simple. En effet, comme dit, la seule réforme utile depuis longtemps!!! Je suis par ailleurs convaincu que cette téléconsultation faisait faire des économies à l'INAMI. Pour ma part, dès le fin de la téléconsultation actuelle, j'arrêterai. Je ne reprendrai pas (enfin j'essaierai...) l'habitude précédente de travailler gratuitement (le travail d'une téléconsultation est significatif).

Erik Francois (1190, )



Publicité payante

Nous ferons la promotion de cette pétition auprès de 3000 personnes.

Apprendre encore plus...