Examens - Lettre à l'administration de l'École du Louvre

Paris, le vendredi 19 Mars 2021

 

Madame, Monsieur,

Nous, étudiantes et étudiants de l’École du Louvre, toutes années confondues, vous adressons par la présente notre volonté collective d’une révision des modalités d’examens de fin d’année scolaire 2020-2021, compte tenu de la situation exceptionnelle à laquelle nous sommes confrontés depuis plus d’un an. Cette lettre a donc été rédigée collectivement, lors d’une assemblée générale d’élèves, suite aux annonces gouvernementales du 18 mars 2021.

A travers les différents communiqués officiels de l’administration durant cette année scolaire et les actions mises en place, dont nous vous remercions, nous avons compris que vous étiez préoccupés par l’extrême précarité matérielle et psychologique que nous vivons continuellement, c’est-à-dire un système d’enseignement à distance inédit durant une année complète, sans interlocuteur, sans support muséal concret, avec des TDO largement perturbés.

Nous sommes bien entendu conscients des efforts déployés par l’ensemble du personnel de l'École qui a tenté de garantir la continuité d’une mission publique fondamentale qu’est l’enseignement. Les élèves ont eux-mêmes été à l'origine d'initiatives d’entraide ambitieuses, comme en témoigne le dispositif Aidélien.nes. Toutefois , dans un contexte global difficile et prolongé, vous, comme nous, avez certainement constaté la réalité de l’aggravation d’un mal-être systémique dans la communauté étudiante de l’École.

Dans ce contexte, l’administration de l'École a annoncé que les examens de cette fin d’année se dérouleront dans un cadre traditionnel en présentiel, assorti d’une promesse d’assouplissement dans la correction et le choix des sujets. Nous sommes restés dans l’incompréhension face à une telle décision pour la principale raison suivante : comment un cadre traditionnel d’examen pourrait bien être adapté à une structure de l’enseignement qui a complètement évolué depuis un an et qui n’a rien de traditionnel ?

Comme vous, nous tenons à passer les examens de fin d’année, qui contribuent à refléter la qualité individuelle des élèves et de l’enseignement mis à notre disposition. C’est l’objectif recherché et indiscutable à la fois pour l'École mais aussi pour l’ensemble des élèves qui sont fiers d’y appartenir. Maintenir le déroulement des examens en présentiel et demander aux enseignants/correcteurs d’être plus “indulgents” ou “bienveillants” seulement dans la correction et le choix des sujets, nous semble être un choix insuffisant et superficiel au regard de la situation.

Par conséquent, après avoir recueilli les différents avis de la communauté des élèves, étant force de proposition, nous vous faisons part de nos demandes suivantes quant aux modalités d’examens à venir :

   (I.) La tenue des examens des matières d'HGA en distanciel via la plateforme. Force est de constater que la réussite de cette modalité via la plateforme, a été prouvée par les
examens l’année précédente, ainsi que les examens blancs de cette année, y compris pour les clichés ;

Cette modalité est en premier lieu conforme à la politique menée par le Gouvernement dans le cadre de la lutte contre la pandémie, à savoir, éviter les rassemblements massifs. Elle s’inscrit en second lieu dans la continuité d’un enseignement reçu entièrement à distance durant l’année scolaire. De plus, le fait d’être rassemblés dans un espace fermé augmenterait considérablement le niveau de stress des élèves face au risque de contamination. Par conséquent, les élèves ne passeront pas les épreuves dans une atmosphère traditionnelle et propice.

   (II.) Le décalage du calendrier des examens afin de donner aux élèves le temps d’ordinaire imparti, c’est-à-dire un mois, pour terminer les révisions dans un contexte particulièrement précaire ;

Ce décalage est justifié par le fait que l’ensemble des cours s’achèveront cette année de manière anormalement tardive, et la première session commençant tout aussi anormalement tôt, ce qui est dû à une série d'événements extérieurs à la volonté de l'École et des élèves. A titre de rappel, nous en citons quelque-uns:

      -  Un calendrier des enseignements d'HGA, de TDO et de spécialités qui s'échelonne jusqu'à quelques jours des premières échéances, réduisant davantage encore la période de révision ;

     -  Les nombreuses difficultés techniques lors des cours en ligne ;


     -  Le choix fait du différé pour la quasi-totalité des cours ayant pour conséquence un temps d’assimilation supplémentaire des cours et les dépassements fréquents et conséquents du cadre horaire de ces cours ;


     -  L'impossibilité de la tenue d'une majorité des TDO en présentiel permettant un contact direct avec les œuvres, nécessaire à l’apprentissage dans notre domaine d’étude;


     -  L'impossibilité de réviser dans les musées, dans cette même logique de fixation et d'incarnation des savoirs par l’objet ;


     -  L’inégalité entre les groupes, entre ceux ayant pu bénéficier des TDO en présence et ceux ayant dû les avoir à distance du fait du confinement ;

     -  Le retard supplémentaire généré par l’incendie des serveurs, retard déjà amorcé en     début d’année scolaire suite au bug de la plateforme moodle...

 


   (IV.)  La suppression du bloc 4, en maintenant les notes obtenues en TDO - enseignement qui fait la spécificité de l’école, et quasi-unique note de contrôle continu dans le barème des examens.

Les enseignements de techniques et d'iconographies autant que ceux de muséologie ayant une valeur principalement de complément, d'approfondissement et d'éclairage parallèle à l'HGA, leur sanction par examen final et le volume horaire qu'ils représentent est disproportionné.

Ces demandes concrètes susmentionnées émanent des réflexions et débats sérieux de la
communauté des élèves, dans le but de réussir ces examens avec conviction et détermination pour un domaine d’études qui nous passionne. Elles sont accompagnées, en annexe, de données chiffrées et des résultats des sondages réalisés au cours de l’année auprès des élèves.

À l’heure où la presse se fait le relais de la parole des étudiantes et étudiants, et témoigne de l’urgence de notre situation, nous sommes convaincus que nos paroles et demandes légitimes seront écoutées par l’administration de l'École, en accord avec sa mission de service public d’enseignement, et suivies de réactions adaptées. Nous souhaitons par cette lettre rétablir la confiance entre les élèves et leur école, afin d’organiser les examens dans des conditions acceptables par toutes et tous.

En vous remerciant d’avance de toute votre attention portée à nos demandes, nous vous prions d’agréer l’expression de nos salutations les plus sincères.

Les Élèves de l’Ecole du Louvre

 


Les élèves de l'École du Louvre    Contacter l'auteur de la pétition

Signer cette pétition

En signant, j'autorise Les élèves de l'École du Louvre à remettre ma signature à ceux qui ont le pouvoir en la matière.


OU

Pour recevrez un e-mail contenant un lien pour confirmer votre signature. Pour vous assurer de recevoir nos e-mails, veuillez ajouter info@petitionenligne.fr à votre carnet d'adresses ou votre liste des expéditeurs autorisés.

Veuillez noter que vous ne pouvez pas confirmer votre signature en répondant à ce message.




Publicité payante

Nous ferons la promotion de cette pétition auprès de 3000 personnes.

Apprendre encore plus...