PÉTITION POUR TENIR VON DER LEYEN RESPONSABLE POUR INFRACTION AU DROIT DE L'UE ET CORRUPTION

PETITION

conformément à l'article 20, paragraphe 2, point d), du traité sur le fonctionnement de l'Union européenne (TFUE)

au Conseil de l'Union européenne

basée sur l'initiative des membres de l'Association pour une société saine et juste

en coopération avec Pro Libertate

CONCERNANT: LA FACILITATION DES ENQUÊTES SUR LES SOUPÇONS D'INFRACTION AU DROIT DE L'UNION ET DE CORRUPTION ET LA LEVÉE D'IMMUNITÉ CORRESPONDANTE DE LA PRÉSIDENTE DE LA COMMISSION EUROPÉENNE, MME. URSULA VON DER LEYEN, ET LA DESTITUTION DE LA COMMISSION EUROPÉENNE 

Rappelant à tous que 

1) Le Comité d'urgence du Règlement sanitaire international de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déjà recommandé, le 15 janvier 2021, dans sa déclaration, de ne pas introduire d'exigences de preuve de vaccination pour les voyages internationaux comme condition d'entrée, car il y avait encore des inconnues critiques concernant l'efficacité de la vaccination pour réduire la transmission

2) Les activités du président de la Commission européenne (CE) et de ses autres membres, qui ont eu un impact sur la situation dans les États membres de l'UE, ont été en contradiction directe avec les résolutions 1749 (2010) et 2071 (2015) de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, qui ont souligné que dans le domaine de l'interaction entre l'industrie pharmaceutique et le secteur de la santé, il existe un risque de conflit d'intérêts parmi les experts impliqués dans des décisions sensibles liées à la santé et qu'il est donc nécessaire, au niveau des États membres du Conseil de l'Europe, notamment de le garantir.

- l'obligation pour les entreprises pharmaceutiques de déclarer leurs intérêts liés (conflits d'intérêts) avec tous les acteurs du secteur de la santé, une transparence absolue concernant les intérêts liés aux experts travaillant avec les autorités sanitaires et s'assurer que les personnes ayant un conflit d'intérêts sont exclues des processus décisionnels sensibles et mettre en place une autorité indépendante chargée de contrôler cette question;

- que les décisions relatives à la santé soient prises sur la base de considérations de santé publique et ne soient pas motivées par le profit;

- transparence absolue des entreprises pharmaceutiques concernant les coûts réels de la recherche et du développement, notamment par rapport à la part de la recherche publique;

- obligation de publier les résultats de tous les tests cliniques relatifs au médicament pour lequel l'autorisation est demandée

3) Les activités du Président de la CE et de ses autres membres ayant un impact sur la situation dans les Etats membres de l'UE ont été en contradiction directe avec la Résolution 2361 (2021) de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, selon laquelle il est nécessaire au niveau des Etats membres du Conseil de l'Europe de s'assurer que :

- en ce qui concerne le développement de vaccins Covid-19, des essais de haute qualité aient lieu, qu'ils soient solides et menés de manière éthique, conformément aux dispositions pertinentes de la Convention pour la protection des droits de l'homme et de la dignité de l'être humain à l'égard des applications de la biologie et de la médecine : Convention sur les Droits de l'Homme et la biomédecine (STE n° 164, Convention d'Oviedo) et son Protocole additionnel relatif à la recherche biomédicale (STCE n° 195) (7.1.1) ;

- les organismes de réglementation chargés d'évaluer et d'autoriser les vaccins contre le Covid-19 sont indépendants et protégés des pressions politiques (7.1.2) ;

- les normes minimales pertinentes de sécurité, d'efficacité et de qualité des vaccins sont respectées (7.1.3) ;

- des systèmes efficaces de surveillance des vaccins et de leur innocuité sont mis en place après leur déploiement dans la population générale, également en vue de surveiller leurs effets à long terme (7.1.4) ;

- des programmes indépendants d'indemnisation des vaccins visant à garantir la réparation des dommages indus et des préjudices résultant de la vaccination sont mis en place (7.1.5) ;

- en mettant en œuvre les recommandations contenues dans la résolution 2071 (2015) " Santé publique et intérêts de l'industrie pharmaceutique : comment garantir la primauté des intérêts de santé publique ? ", une attention particulière est accordée aux éventuels délits d'initiés des dirigeants de l'industrie pharmaceutique ou aux entreprises pharmaceutiques s'enrichissant indûment aux dépens du public (7.1.6) ;

- les citoyens sont informés que la vaccination n'est pas obligatoire et que personne ne subit de pression politique, sociale ou autre pour se faire vacciner s'il ne le souhaite pas (7.3.1) ;

- personne n'est discriminé pour ne pas avoir été vacciné, en raison d'éventuels risques pour la santé ou pour ne pas vouloir être vacciné (7.3.2) ;

- des informations transparentes sur la sécurité et les éventuels effets secondaires des vaccins sont diffusées (7.3.4) et le contenu des contrats avec les producteurs de vaccins est communiqué de manière transparente et mis à la disposition du public pour un examen parlementaire et public (7.3.5) ;

- en ce qui concerne la vaccination des enfants par Covid-19, un équilibre est trouvé entre le développement rapide de la vaccination des enfants et la prise en compte des problèmes de sécurité, d'efficacité, la garantie de la sécurité et de l'efficacité totales de tous les vaccins mis à la disposition des enfants, en mettant l'accent sur l'intérêt supérieur de l'enfant, conformément à la Convention des Nations unies relative aux droits de l'enfant (7.4.1).

Soupçon sérieux de corruption

La partie concernée des doses, que la CE a achetées pour un montant d'environ 71 milliards d'euros, était conforme aux informations publiées et directement approuvée par le directeur général de la société pharmaceutique Pfizer, M. Albert Bourla et la présidente de la CE, Mme Ursula von der Leyen, liés entre autres par une amitié personnelle. À cet égard, la présidente de la CE a été sollicitée à plusieurs reprises, mais s'est abstenue de divulguer les SMS qu'elle avait échangés avec le directeur de l'entreprise. Il est également alarmant que le mari de la présidente de la CE, M. Heiko von der Leyen, soit, selon des informations rendues publiques, membre de l'organe directeur d'une institution qui bénéficie du lien avec la CE. Ainsi, il existe un soupçon raisonnable que le président de la CE a agi en conflit d'intérêts.

En outre, la CE a réagi à toute demande de divulgation du contenu des contrats conclus entre la CE et les entreprises pharmaceutiques en publiant des pages presque totalement noircies, à partir desquelles il était impossible de glaner ou d'évaluer les termes et conditions du contrat entre la CE et le fournisseur des "vaccins". En septembre 2022, même la Cour des comptes européenne (CCE), qui tentait de vérifier la légalité de l'utilisation de milliards d'euros provenant des contribuables européens, s'est vu refuser les documents requis par la CE. La Cour des comptes a constaté des anomalies dans les procédures d'approbation de l'utilisation du "vaccin", la CE contournant les organes de contrôle établis, tandis que la réunion prévue des scientifiques visant à déterminer la stratégie de vaccination pour l'année 2022 n'a jamais eu lieu. La CCE a déclaré que la CE a refusé de divulguer tout détail concernant la mission personnelle du président de la CE dans les discussions relatives au contrat avec la société Pfizer. La CCE reproche à la présidente de la CE d'avoir agi "de son propre chef", au mépris des procédures et règlements établis. La CCE affirme également que la CE n'a pas profité des équipes de négociation communes, mais a préparé elle-même le contrat préliminaire avec Pfizer. Contrairement aux autres contrats, la CE a refusé de fournir à la CCE tout document relatif aux négociations préliminaires concernant ce contrat particulier.

Le Médiateur européen, Mme Emily O'Reilly (EO), a également tenté en 2021 de demander les informations relatives aux contrats avec les fournisseurs de "vaccins", mais en vain. Elle a souligné à cet égard la procédure officielle incorrecte de la CE, puisque, en réponse à sa demande conformément au libre accès à l'information, elle n'a pas obtenu les SMS incriminés. 

Inefficacité des vaccins contre la transmission du virus

Lors de l'audition au PE concernant la maladie COVID-19, Mme Janine Small, représentant la société pharmaceutique Pfizer i.a. a admis que le laboratoire n'avait jamais testé ses "vaccins" à ARNm sur l'arrêt de la transmission (du virus) avant de demander l'enregistrement des injections comme "vaccins".

Nous soulignons que, selon les statistiques, les "vaccins" provoquent de graves effets secondaires, y compris (ce qui n'a jamais été observé auparavant avec aucun autre vaccin) des décès par dizaines de milliers (en réalité, on peut supposer que les chiffres sont beaucoup plus élevés).

Après l'audition au PE concernant le Covid-19 et sur la base d'autres faits publiquement connus et du rapport de la CCE, un groupe de députés européens a publié ses soupçons et s'est adressé au Bureau du Procureur européen afin d'ouvrir une enquête sur les circonstances de la décision concernant l'achat de "vaccins" à ARNm, qui a été prise au sein de la CE et qui, selon eux, a été acceptée dans des conditions favorisant l'industrie pharmaceutique, sans aucune garantie pour le produit acheté et sans un examen rigoureux (public ou professionnel) des termes et conditions négociées.

Dans ce contexte, l'eurodéputé roumain, M. Cristian Terhes, a souligné que toute la campagne de vaccination menée dans les États membres de l'UE avec le soutien de la CE était basée sur la sécurité et l'efficacité des "vaccins". Il a souligné qu'il s'agissait d'un mensonge car de nombreuses personnes ont souffert d'effets secondaires graves. Si les gouvernements et les fabricants de vaccins savaient que le vaccin ne pouvait pas arrêter la propagation du virus, il exige de savoir pourquoi ils ont forcé leurs citoyens à se faire vacciner et ont insisté pour introduire le certificat numérique Covid. Pour les raisons susmentionnées, il insiste et demande que la responsabilité juridique soit engagée.

Le contrat avec la société Pfizer et l'étendue des personnes qui en bénéficient font actuellement l'objet d'une enquête du Procureur européen (OEPP), Mme Laura Codruţy Kövesi.

Les faits susmentionnés prouvent que toutes les mesures restrictives adoptées au nom du "mandat vaccinal", qui entraînent une discrimination à l'égard des personnes non vaccinées, ont été imposées sans aucune base scientifique, tout en entraînant des décès et des dommages pour la santé (voir les informations publiées sur la page web de l'Agence européenne des médicaments) et ont provoqué des interventions inadéquates dans le droit à la vie privée de millions de personnes, y compris des enfants. Les mesures énumérées ont été adoptées sur fond de graves soupçons de corruption lors de l'achat de vaccins au plus haut niveau de la CE.

Considérant :

Conformément à l'article 245 du TFUE, les membres de la Commission européenne prêtent, lors de leur entrée en fonction, le serment solennel de respecter, tant pendant leur mandat qu'après celui-ci, les obligations qui en découlent, notamment les devoirs d'honnêteté et de délicatesse quant à l'acceptation de certaines fonctions ou de certains avantages.

Selon les informations disponibles, le président de la CE était parfaitement conscient qu'aucun test nécessaire n'avait été effectué sur les "vaccins", mais il a néanmoins fait pression pour que la CE décide, dans des conditions suspectes, d'acheter ces produits et de les distribuer aux États membres de l'UE, tout en acceptant que le producteur de vaccins soit dégagé de toute responsabilité quant aux éventuels effets secondaires sur la vie et la santé. Compte tenu des conclusions de la Cour des comptes, selon lesquelles, dans le processus décisionnel en question, la présidente de la CE a agi "seule" et a ignoré les procédures et règlements habituels ; elle n'a pas fait appel aux équipes de négociation communes, elle a préparé seule le contrat préliminaire avec Pfizer et contrairement à ce qui s'est passé pour d'autres contrats, la CE a refusé de fournir à la Cour des comptes tout document concernant les négociations préliminaires sur ce contrat particulier ; par conséquent, son activité suscite des soupçons selon lesquels elle a suivi ses propres intérêts financiers et personnels.

Compte tenu de ce qui précède, les signataires de la présente pétition, afin de faciliter une enquête en bonne et due forme sur les événements susmentionnés, s'adressent par la présente au Conseil pour lui demander ;

- d'utiliser ses compétences et tous les moyens disponibles afin de faciliter une enquête approfondie (y compris par l'OEPP) sur les actions de la Présidente de la CE, Mme Ursula von der Leyen et d'autres Commissaires de la CE liées à l'achat de "vaccins" et leur juste punition, 

- conformément aux articles 245 et 247 du TFUE, s'adresser à la Cour de justice de l'UE en demandant la mise à la retraite de la CE (en particulier) pour violation des règles de procédure essentielles et abus de compétences lors de l'achat de "vaccins" à ARNm.

Les premiers signataires:             JUDr. Erik Schmidt LL.M. MA – représentant pour la communication avec Conseil de l'Union européenne, JUDr. Marica Pirošíková, JUDr. Peter Weis, Doc. JUDr. Ján Drgonec, DrSc,. MUDr. Ján Lakota, CSc., MUDr. Andrej Janco, MUDr. Alena Jancová, JUDr. Tomáš Nielsen, MUDr. Jitka Chalánková, Prof. RNDr. Jaroslav Turánek, CSc., DSc., Prof. MUDr. Jiří Beran, CSc,. Doc. JUDr. Zdeněk Koudelka, Ph.D., MUDr. Soňa Peková, Ph.D., JUDr. Vladana Vališová, LL.M.


JUDr. Erik Schmidt LL.M. MA, président de l'Association pour une société saine et juste    Contacter l'auteur de la pétition

Signer cette pétition

En signant, j'autorise JUDr. Erik Schmidt LL.M. MA, président de l'Association pour une société saine et juste à transmettre les informations que je fournis sur ce formulaire aux personnes ayant un pouvoir de décision sur cette question.


OU







Publicité payante

Nous ferons la promotion de cette pétition auprès de 3000 personnes.

Apprendre encore plus...