Il neige sur Genève en cette nuit du 1er avril 2022, plus de deux cent personnes dorment dehors

Lettre ouverte à Monsieur Gilbert Vonlanthen, Président, et aux élu.e.s des communes membres de l’Association des communes genevoises (ACG)

Monsieur le Président de l’ACG,
Mesdames et Messieurs les élu.e.s des communes genevoises,

Il neige sur Genève en ce soir du premier avril 2022, il neige sur le temple de la Servette qui depuis quelques jours n’accueille plus les sans-abris, il neige et nous voici au sous-sol de ce temple réunis autour d’une table ronde sur la précarité, découvrant que, faute de moyens, d’autres lieux d’accueil ont fermé leurs portes ce matin.

Il neige et nous sommes aux côtés de personnes qui vont dormir dehors ce soir après cette table ronde, il neige et nous sommes aux côtés des travailleurs sociaux institutionnels et associatifs, ceux du terrain, ceux qui se sont démenés tout l’hiver. Ils sont complètement démunis et impuissants, parce qu’il neige, et que 225 personnes dorment dehors à partir de cette nuit.

Elles dorment dehors à partir de cette nuit parce que l’aide d’urgence est saisonnière et qu’elle s’arrête au 31 mars, faute de ressources mises à disposition. Dès ce soir, les structures d’urgence sont fermées. Alors à Genève, ville couleur bleu foncé sur le Monopoly mondial, 225 personnes dorment dehors. Dans les parcs et sous les ponts. La neige tombe.

Il y a urgence sociale, Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les élu.e.s des communes genevoises, il y a urgence à ce que la Ville et les communes se mettent d’accord sur le financement de l’accueil d’urgence des personnes sans abri. Nous savons que des négociations vont avoir lieu ces prochains jours et qu’elles peuvent régler une grande partie de la question.

Il y a urgence à mettre en œuvre une politique sociale sur le sans abrisme et la grande précarité comme l’exige la loi sur l’aide aux personnes sans abri, la LAPSA, votée le 3 septembre 2021 par le Grand Conseil.  Cette loi établit, dans son article premier, qu’elle vise à garantir à toute personne sans abri la couverture de ses besoins vitaux.

Cette loi a été votée en septembre passé, nous sommes en avril. Il y a urgence sociale. Des vies humaines sont en jeu. La solution est entre vos mains, Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les élu.e.s, il faut octroyer les moyens nécessaires maintenant, pas après-demain, via le fond intercommunal de l’ACG.

225 places d’hébergement manquent depuis cette nuit du 1er avril. Il y en avait 579 pendant l’hiver, il n’en reste que 354. Et il neige. La solution est entre les mains des communes, qui doivent assurer l’hébergement collectif d’urgence, incluant les repas qui y sont consommés et les soins élémentaires d’hygiène qui y sont dispensés (art. 3 de la LAPSA).

Alors nous, citoyennes et citoyens, attachés au principe fondamental de la dignité humaine garanti par la Constitution, indignés que des personnes dorment dehors sous la neige à Genève alors que la solution est à portée de main, nous vous demandons, Monsieur le Président de l’ACG, Mesdames et Messieurs les élu.e.s des communes genevoises, de délivrer immédiatement cette aide inconditionnelle, comme le prévoit l’article 2 de la LAPSA.

Nous vous prions de recevoir, Monsieur le Président de l’ACG,
Mesdames et Messieurs les élu.e.s des communes genevoises, nos salutations distinguées.

Anouk Dunant Gonzenbach; Maurice Gardiol; Jean-François Duchosal; Denise Mützenberg

Cette lettre ouverte a été publiée en ligne le 2 avril 2022 et a reçu déjà plus de 200 signatures en un jour, visibles sur le blog.


Anouk Dunant Gonzenbach    Contacter l'auteur de la pétition




Script executed with success this is not html: Array ( [type] => 2 [message] => Trying to access array offset on value of type null [file] => /home/petitions/public_html/sign_petition.php [line] => 31 )