Non à l'abattage de 238 arbres pour le projet immobilier « Côté Colline » version 2 (Auderghem)

*** Attention : votre signature ne sera comptabilisée que si vous validez ensuite votre adresse e-mail, en cliquant sur le lien repris dans le mail de confirmation qui vous sera automatiquement envoyé (vérifiez vos spams).***

 

Pétition contre l'abattage de 238 arbres prévu dans la deuxième version du projet immobilier "Côté Colline", à la Chaussée de Wavre n° 1799-1801-1803-1805, à Auderghem

A l'issue de la première enquête publique sur le projet « Côté Colline » originel, la commission de concertation a émis le 16 décembre 2021 un avis favorable sous conditions de la part de ses représentants régionaux ainsi qu'un avis défavorable de la part de la commune. Aujourd'hui (septembre 2022), une version modifiée du projet est soumise à une nouvelle enquête publique.

Dans sa version modifiée, le projet immobilier « Côté Colline » prévoit [1][2] :

  • la démolition de constructions existantes (Aldi & Carodec),

  • l'abattage de 238 arbres dont 211 à haute tige, situés sur les deux talus entourant le bâtiment de l'Aldi (voir Figure 1),

afin de construire un ensemble mixte composé de :

  • un bâtiment avant, le long de la Chaussée de Wavre, comportant :
    - deux commerces dont un de type grande surface,
    - des bureaux,
    - 5 logements collectifs (avec 33 studios, 10 appartements 1 ch., 1 appartement 4 ch. et 1 appartement 5 ch.),
    - 6 appartements 3 ch. (dans une aile accessible uniquement par le Clos du Bergoje),

  • un bâtiment arrière, face au bloc d'appartements du Clos du Bergoje, comportant :
    - 53 logements (dont 3 studios, 23 appartements 1 ch., 14 appartements 2 ch., 12 appartements 3 ch. et 1 appartement 4 ch.),

  • un parking souterrain avec 133 emplacements de voiture,

  • 249 emplacements de vélo.

google_maps_rotated_trees4.jpg

Figure 1 - Photo aérienne des talus arborés (entourés en jaune) sur lesquels 238 arbres sont menacés d'abattage

Officiellement, les promoteurs du projet motivent l'abattage des arbres avant tout par le choix d'un remodelage paysager visant à restaurer la pente « d'origine » de la colline [3], un aspect qui nous semble fort dérisoire face aux enjeux cruciaux pour la survie de l'humanité que sont le réchauffement climatique et le déclin de la biodiversité. Nous contestons leur affirmation selon laquelle ces 238 arbres seraient essentiellement des pins (exotiques) et des robiniers faux-acacia (espèce exotique invasive) [3], puisque l'inventaire mentionne que 139 de ces arbres appartiennent à des espèces indigènes (érables, tilleuls, chênes, etc.) [3]. De plus, leur affirmation selon laquelle certains de ces arbres auraient un enracinement au sol insuffisant [3] est non prouvée et peu crédible. Concernant la stabilité, la promotrice et les architectes du projet ont d'ailleurs admis oralement, en réponse à des questions posées durant la session d'information du 1er septembre 2022, qu'il serait en principe possible de réaliser un projet immobilier sur cette parcelle tout en préservant les arbres existants.

Bien que la nouvelle version du projet prévoit, suite aux conditions imposées par la commission de concertation (16/12/2021), une « zone d'arbres densément plantée » [2] à hauteur d'une partie de l'actuel talus arboré longeant le parking de l'Aldi, nous estimons que les mesures prévues dans le projet pour compenser l'énorme production de gaz à effet de serre engendrée par sa mise en œuvre restent largement insuffisantes. 
Il est ubuesque de choisir d'abattre une grande quantité d'arbres matures pour en replanter des jeunes en partie au même endroit, alors qu'il serait faisable de conserver ces arbres matures situés en bordure de terrain.

  • La recherche scientifique indique que plus un arbre vieillit, mieux il absorbe le CO2 de l'atmosphère [4]. 
  • En outre, d'après une étude récente de la KULeuven [5], un vieil arbre grand et développé aurait plus d'effet positif sur la santé mentale et cardiovasculaire des riverains que dix jeunes arbres. Selon cette étude, les grands volumes de canopée semblent avoir un effet protecteur, mais le nombre de troncs d'arbres est plutôt un facteur de risque. L'idéal serait donc d'avoir de grands volumes de canopée tout en limitant le nombre de troncs, ce qui est possible en préservant les grands arbres existants. 

Nous saluons le fait que la nouvelle version du projet « Côté Colline » prévoit une « zone d'arbres densément plantée », mais nous demandons à ce que celle-ci soit plutôt implantée au centre du jardin collectif projeté, tout en conservant les arbres existants. Rappelons à ce sujet que le site, avec ses talus arborés, constitue un îlot vert repris en zone B dans le Plan Régional de Développement Durable, ce qui signifie que le verdoiement devrait y être renforcé.
Quant à la restauration de la pente de la colline (dans le jardin collectif), nous demandons de prévoir plutôt une pente douce qui viendrait se raccorder de manière continue au bas des talus existants.

Concernant cette « zone d'arbres densément plantée », la proposition qu'elle suive le concept (plus marketing que scientifique) de « mini-forêt urbaine », inspiré de la méthode Miyawaki, est certes séduisante en apparence, mais des chercheurs scientifiques émettent des doutes quant à l'efficacité à long terme de ce concept dans nos contrées, où les espèces – contrairement à celles des milieux tropicaux – ne sont pas faites pour vivre entre elles à forte densité [6].
En outre, il s'avère que l'affirmation selon laquelle ce concept permettrait de « réaliser très vite (10x plus vite) un puits de captage CO2, extrêmement riche en biodiversité (20x plus) » [1] ne s'appuie pas sur des bases scientifiques solides [6].

Par ailleurs, nous souhaitons mettre en évidence que :

  • dans le Plan Régional Nature 2016-2020 et sur la Carte du Réseau Écologique Bruxellois [7], le site du projet a été reconnu « zone de liaison » pour le Parc du Bergoje, qui constitue un important réservoir de biodiversité et est classé en zone spéciale de conservation « Natura 2000 ».

  • sur la Carte d'Evaluation Biologique [8], publiée fin 2021 par Bruxelles Environnement, ce site est aussi repris en zone C, c'est-à-dire comme un site à valeur biologique importante.

En effet, les talus arborés du site constituent des couloirs de connectivité pour la faune et la flore : ils permettent des continuités de la végétation et des sols vivants, qui se prolongent dans le talus en bordure de la chaussée de Wavre et dans les jardins des habitations du Clos du Bergoje, jusqu'au Parc du Bergoje (voir Figure 2). Ces continuités favorisent le déplacement de la faune et la flore, ce qui est nécessaire à leur survie tant au niveau de l'individu que de l'espèce (brassage génétique par la rencontre de populations). Dans la version modifiée du projet « Côté Colline », tant l'extrémité du bâtiment « avant » que celle du bâtiment « arrière » briseront ces continuités de végétation et de sols (voir Figure 3), ce que nous jugeons inacceptable.

continuite3.jpg

Figure 2 – Les talus arborés de la parcelle (délimitée en rouge) constituent des couloirs de connectivité qui favorisent les déplacements de la faune et la flore. Ils font partie d'une trame de continuités de la végétation et des sols se prolongeant jusqu'au Parc du Bergoje (voir tracé en jaune).

axono_corr2.jpg

Figure 3 – Axonométrie des bâtiments projetés. Les extrémités des bâtiments "avant" et "arrière" (indiquées en rouge), situées sur les talus arborés existants, briseront les continuités de la végétation et des sols, ce qui nuira à la survie de la faune et la flore du quartier.

Notons également que l'extrémité du bâtiment « avant » est implantée là où se trouve le mur de soutènement construit en 2020 par la Région bruxelloise le long de la Chaussée de Wavre afin de stabiliser la butte du Bergoje (voir Figure 4). Pour ancrer ce mur, des tirants de plusieurs mètres de long ont dû être placés dans la butte sablonneuse. Nous nous opposons à la destruction sur une quinzaine de mètres de ce mur, car cela constituerait un lamentable gâchis d'énergie et d'argent public, et entraînerait une complexification peu souhaitable du chantier en raison des risques de glissement de terrain à mitiger. Ces risques de glissement de terrain s'appliquent d'ailleurs aussi aux murs de soutènement des talus situés autour de l'Aldi.

mur_soutenement.jpg

Figure 4 – Photo des arbres menacés d'abattage en bordure de la Chaussée de Wavre, ainsi que de la portion du mur de soutènement menacée de démolition (mur construit en 2020 par la Région bruxelloise).

En résumé: 

  • Nous demandons à ce que les permis d'urbanisme et d'environnement ne soient pas octroyés pour cette version-ci du projet « Côté Colline ».
  • Nous refusons que les arbres existants soient abattus.
  • Nous refusons que les murs de soutènement des talus, notamment celui construit par la Région bruxelloise le long de la Chaussée de Wavre, soient détruits.

L'enquête publique se déroule du 24-08-2022 au 22-09-2022.
La documentation officielle du projet est consultable sur Openpermits.brussels :
https://openpermits.brussels/fr/_02/PFD/1779740
https://openpermits.brussels/fr/_02/IPE/1780331

 

Références
[1] Complément à la note explicative - 15/04/2022 : 
      02_PFD_1779740_Note_explicative_PlMod-177.pdf 
[2] Addendum au rapport d'incidences – mai 2022 :
      02_PFD_1779740_Rapport Incidences_Addendum.pdf
[3] Côté Colline – Note paysage – septembre 2021 :
      02_PFD_1779740_Note_paysagere_PlMod.pdf
[4] Köhl M., Neupane P.R., Lotfiomran N., The impact of tree age on biomass growth and carbon accumulation capacity : a retrospective analysis using tree ring data of three tropical tree species grown in natural forests of Suriname, PloS ONE 12(8):e0181187, 2017.
[5] Chi D. et al., Residential Exposure to Urban Trees and Medication Sales for Mood Disorders and Cardiovascular Disease in Brussels, Belgium: An Ecological Study, Environmental Health Perspectives Vol. 130 No. 5 057003, 2022.
[6] Kloetzli S., « Des forêts en ville ? La méthode Miyawaki n’est pas la solution miracle », Reporterre, 2021.https://reporterre.net/Des-forets-en-ville-La-methode-Miyawaki-n-est-pas-la-solution-miracle
[7] Carte du Réseau Ecologique Bruxellois : https://environnement.brussels/thematiques/espaces-verts-et-biodiversite/la-gestion-ecologique/les-cartes-danalyse-nature
[8] Carte d'Evaluation Biologique : https://environnement.brussels/thematiques/espaces-verts-et-biodiversite/la-gestion-ecologique/les-cartes-danalyse-nature


Pour terminer en beauté, voici quelques photos supplémentaires des arbres menacés d'abattage :

photo_arbres_1.jpg

photo_arbres_21.jpg

photo_arbres_3.jpg

photo_arbres_4.jpg

Merci pour votre attention et votre soutien. 

 

 


 

Signer cette pétition

En signant, j'autorise Valérie De Smet à transmettre les informations que je fournis sur ce formulaire aux personnes ayant un pouvoir de décision sur cette question.


OU

Pour recevrez un e-mail contenant un lien pour confirmer votre signature. Pour vous assurer de recevoir nos e-mails, veuillez ajouter info@petitionenligne.fr à votre carnet d'adresses ou votre liste des expéditeurs autorisés.

Veuillez noter que vous ne pouvez pas confirmer votre signature en répondant à ce message.




Publicité payante

Nous ferons la promotion de cette pétition auprès de 3000 personnes.

Apprendre encore plus...