Gwirioù evit Diwan , Des droits pour Diwan !

PETITION pour plus de justice pour Diwan !

Diwan a 35 ans. Aujourd’hui, plus de 3500 enfants suivent leur scolarité au sein des écoles immersives en langue bretonne. La demande ne cesse de croître d’où la nécessité d’ouvrir de nouveaux établissements en maternelle, en primaire et dans le secondaire. L’efficacité du système immersif n’est plus à prouver, il fait à présent consensus !

Malgré tout cela, après 35 années d’existences, Diwan est toujours confronté aux mêmes difficultés:

- Financières dues au fait que les écoles ne passent sous contrat avec l’éducation nationale qu’au bout de 5 ans d’existence et 8 ans pour les collèges. Pourtant, au Pays Basque Nord, les Ikastolas (écoles en langue basque) peuvent contourner ce problème car  pour ouvrir une annexe d'une école nous devons le faire dans la même commune, critère contraignant non retenu au pays Basque.

- Pour trouver des locaux car Diwan, de part son statut associatif, n’a pas de reconnaissance de statut public breton, ce qui obligerait les collectivités concernées à mettre des bâtiments à disposition dès lors que demande il y a.

- à embaucher du personnel non enseignant (ATSEM, animateurs), toujours du fait de l’absence de statut public breton. D’une part  les ATSEM se retrouvent, la plupart du temps, dans une extrême précarité, employé pour  6 ou 12 mois en contrats aidés alors que s’ils étaient pris en charge par la région Bretagne, il accèderait à la fonction publique territoriale. D’autre part, les associations des parents d’élèves qui  les embauchent  se retrouvent toujours à courir après l’argent.

 

Le nouveau gouvernement est composé de trois ministres bretons qui connaissent parfaitement le dossier pour avoir chacun une école Diwan dans la commune où ils étaient maire : Mr Ayrault à Nantes, Mme Lebranchu à Morlaix et Mr Le Drian à Lorient.

Mr Le Drian, lorsqu’il était président de la région Bretagne, n’a eu de cesse de dire qu’il ferait de son mieux pour défendre notre langue, quand à Mme Lebranchu et Mr Ayrault, ils occupent tous deux un poste clef au gouvernement sur cette question, étant respectivement ministre de la décentralisation (droit à l’expérimentation !) et premier ministre.

Le candidat et aujourd’hui président Mr Hollande a déclaré qu’il souhaitait aider les langues dites minoritaires.

 

C’est pourquoi, nous, parents d’élèves Diwan, employés/es, sympathisants/es, demandons, en accord avec la majorité des syndicats des travailleurs de Diwan :

 

-       Le droit d’obtenir systématiquement le statut d’annexe dès la 1ère année pour tout nouvel établissement (élémentaire, collège, lycée) en application de l’égalité républicaine ! Si c’est possible au Pays Basque, c’est aussi possible en Bretagne.

-       L’obtention d’un statut public régional breton en donnant le pouvoir et les moyens financiers à la région, grâce à la nouvelle étape de la décentralisation, d’utiliser son droit à l’expérimentation sur ce champ de compétence, et ce en gardant les outils existants que sont kelenn (centre de formation des enseignants), le CA qui donne aux parents la possibilité de voter les orientations, et bien sûr le système immersif.

-       Obtenir plus de place aux concours d’enseignants en langue régionale.

 

 

 

SINADEG evit muioc’h a justis evit Diwan

 

 

Diwan zo 35 bloaz. Hiziv an deiz ouzhpenn 3500 bugel a vez skoliataet er skolioù dre soubidigezh e brezhoneg. Ne ra nemet mont war gresk ar goulenn ha dre se e ranker digeriñ skolioù-mamm nevez met ivez er c'hentañ hag en eil derez. N'eus ket ezhomm prouiñ efedusted an hentenn dre soubidigezh, sevel a ra an holl a-du!

Daoust da se, goude 35 bloaz, e rank Diwan taliñ ouzh an hevelep skoilhoù :

-      War dachenn an arc'hant peogwir e rank ar skolioù tremen dindan kevrat gant an deskadurezh stad goude 5 bloaz ha 8 vloaz evit ar skolajoù. Padal e hanternoz bro Euskal an ikastolaoù (skolioù en euskareg)  n'o deus ket an hevelep skoilh:   evit digeriñ un astenn d'ur skol e rankomp en ober war ar memes kumun, un dle redius na vez ket ret d'an Euskariz doujañ.

-      evit kavout savadurioù, peogwir e tle Diwan abalamour d'e statud kevredigezhel, ha peogwir n'eo ket anavezet evel ur servij publik breizhad, ar pezh a redfe ar strollegezhioù dedennet da reiñ savadurioù d'ar skolioù pa vez goulennet digante.

-      Evit embarzhiñ implijidi nann gelennerien (skoazellerien, buhezourien) abalamour c'hoazh d'un diouer a statud publik breizhad. Deus un tu ec'h en em gav ar skoazellerien, darnvrasañ an amzer, en ur stad a vreskted splann, implijet e vezont e-pad 6 pe 12 miz dre kevratoù sikouret , padal ma vefent kemeret e karg gant rannvro Breizh e c'hellfent mont da gargad tiriadel. Deus un tu all kevredigezhioù ar gerent a c'hopr anezhe a rank redek e pep lec'h da bourchasiñ an arc'hant zo ezhomm.

Ar gouarnamant nevez a zo ennañ tri maodiern a vreizh a anavez mat tre an teuliad, dre ma vez ur skol Diwan er c'humunioù e lec'h ma oant bet dilennet en ti-kêr : An Ao Ayrault e Naoned, An intron Le branchu e Montroulez,  hag An Ao Le Drian en Oriant. Pa oa An Ao Le Drian prezidant rannvro Breizh ne baoueze ket da embann e rafe e seizh gwellañ evit difenn hor yezh, an Intron LeBranchu hag An Ao. Ayrault a zo o daou atebek war postoù a bouez evit seurt goulenn dre ma vezont maodiernez e karg an digreizennañ ( ar gwir da arnaodiñ !) ha kentañ maodiern.

An danvez prezidant, aet da brezidant abaoe, an Aotroù Hollande en doa embannet e felle dezhañ harpañ ar yezhoù a vez graet « bihan niver » anezhe.

 

Setu ma c'houlennomp ni, kerent buglae Diwan, implijidi, mignoned, ha kement mañ en ur vezañ akord gant muiañ niver sindikadoù labourerien Diwan :

 

 

-       Ar gwir emgefre da gaout ur statud a astenn skol goude bloaz evit kement skol nevez, ha kement-mañ evit lakaat e pleustr an ingalded republikan, ar pezh a c'heller ober e bro Euskadi a c'heller ober e Breizh.

-       Ma vo roet ur statud publik rannvro breizhad da zDiwan en ur reiñ ar galloud hag an arc'hant d'ar rannvro, a drugarez d'ur c'hammed nevez war du an digreizennañ , en ur implij he gwir da arnaodiñ war ur varregezh nevez ha kement mañ en ur zerc'hel ar binviji a vez dionte hiziv an deiz evel Kelenn (kreizenn stummañ ar gelennerien) , ar c'huzul-merañ a ro an tu d'ar gerent da votiñ evit reiñ aliaoù henchañ, hag evel-just ar sistem dre soubidigezh.

-       Ma vo muioc'h a blasoù evit ar genstrivadeg evit mont da gelenner/skolaer en ur yezh « rannvro »

 

PETITION pour plus de justice pour Diwan

SINADEG evit muioc’h a justis evit Diwan

 

 

Nous demandons :

 

-       Le droit d’obtenir systématiquement le statut d’annexe dès la 1ère année pour tout nouvel établissement (élémentaire, collège, lycée) en application de l’égalité républicaine ! Si c’est possible au Pays Basque, c’est aussi possible en Bretagne.

-       L’obtention d’un statut public régional breton en donnant le pouvoir et les moyens financiers à la région, grâce à la nouvelle étape de la décentralisation, d’utiliser son droit à l’expérimentation sur ce champ de compétence, et ce en gardant les outils existants que sont kelenn (centre de formation des enseignants), le CA qui donne aux parents la possibilité de voter les orientations, et bien sûr le système immersif.

-       Obtenir plus de place aux concours d’enseignants en langue régionale.

 

 


gwirioù evit diwan    Contacter l'auteur de la pétition

Signer cette pétition

En signant, j'autorise gwirioù evit diwan à remettre ma signature à ceux qui ont le pouvoir en la matière.


OU

Pour recevrez un e-mail contenant un lien pour confirmer votre signature. Pour vous assurer de recevoir nos e-mails, veuillez ajouter info@petitionenligne.fr à votre carnet d'adresses ou votre liste des expéditeurs autorisés.

Publicité payante

Nous ferons la promotion de cette pétition auprès de 3000 personnes.

Apprendre encore plus...