Pétition unitaire Classes Préparatoires aux Grandes Ecoles (CPGE)

Contacter l'auteur de la pétition

Ce sujet de conversation a été automatiquement créé pour la pétition Pétition unitaire Classes Préparatoires aux Grandes Ecoles (CPGE).


Visiteur

#476

2013-11-26 22:22

Bonjour,
Prendre à Paul pour donner à Jacques ne fait pas preuve d'éducation.
Cordialement

Visiteur

#477 Re: Re: Re: Revenons à 2004.

2013-11-26 22:23

#472: Tout n'est pas à jeter. - Re: Re: Revenons à 2004.

Les CPGE sont à mon avis menacées, car un enseignant perdant jusqu'à 600 euros par mois réfléchira très sérieusement à conserver son poste. "On n'attire pas les mouches avec du vinaigre", dans notre cas on n'attire pas des agrégés docteurs avec des salaires de misère. Le niveau du recrutement baissera, ainsi que celui de la formation.

Une fois que les cpge ne fonctionneront plus, on aura là un formidable prétexte pour les fermer ...

Choisir un pseudonyme

#478 petition

2013-11-26 22:25

Bonjour,
Prendre à Paul pour donner à Jacques ne fait pas preuve d'éducation.
Cordialement
Ne vous méprenez pas

#479 Re: Re: Re: Revenons à 2004.

2013-11-26 22:28

#472: Tout n'est pas à jeter. - Re: Re: Revenons à 2004.

Bien sûr que la menace n'est pas directe, ni frontale.

Mais pensez vous vraiment qu'à l'avenir, les jeunes diplômés, agrégés ayant poursuivi par un doctorat, auront envie de s'engager dans cette voie de l'enseignement en CPGE, quand ils verront que le salaire proposé sera à peine supérieur à celui d'un professeur de lycée ?

Ne nous leurrons pas : en pénalisant financièrement les professeurs de CPGE, on va forcément les démotiver à la longue : c'est bien une attaque contre les CPGE.

Je suis pour une revalorisation du métier d'enseignant, en collège, en ZEP, en lycée, mais pas au détriment d'une autre catégorie d'enseignants : la méthode est inadmissible !

Tout n'est pas à jeter.

#480 Re: Re: Re: Re: Revenons à 2004.

2013-11-26 22:34

#477: - Re: Re: Re: Revenons à 2004.

Le blocage des salaires depuis 4 ans nous coûte beaucoup plus à l'arrivée que ces seuls 600 euros par mois. Car nous y perdons déjà sur le salaire et les H.S. mais aussi sur nos retraites futures qui se trouvent automatiquement amputées de 6%, sans compter sur le prolongement de ce blocage.

Battons-nous pour la revalorisation du point d'indice en premier - ce qui concerne tous les enseignants, puis pour la différentiation des heures selon le nombre d'élèves - ce qui ne concerne que nous autres profs de CPGE. Le reste est négligeable.

 


Visiteur

#481 Re: Re: Re: Re: Revenons à 2004.

2013-11-26 22:35

#477: - Re: Re: Re: Revenons à 2004.

Oui et il faudra créer un système de sélection d'entrée en fac.


Visiteur

#482 Un exemple chiffré

2013-11-26 22:36

Un témoignage personnel pour éclairer les personnes susceptibles de signer cette pétition. Je précise que je ne prétends pas être représentatif ; j'enseigne en Province, j'approche de la quarantaine et mon service ne comprend pas d'heures supplémentaires à l'année.
D'après mes calculs je touche un salaire horaire (au sens des heures travaillées, pas des seules heures de cours) net avant impôts compris entre 12 et 13 euros, en comptant d'une part toutes les heures supplémentaires (colles et cours ponctuels) et en lissant le tout sur l'année (en prenant donc en compte les vacances dans le décompte de mes heures travaillées).
A ce tarif, je ne crois pas être un nanti...

Visiteur

#483

2013-11-26 22:36

Quel affront à nos professeurs ! De quoi décourager leur bonne volonté ! Ils veulent conduire les jeunes par un chemin d'excellence et pour cela ils ne ménagent pas leur peine. Les heures de sommeil sacrifiées pour que leurs cours soient bien documentés, ils ne les comptent pas, pas plus que les heures de correction quand les classes sont chargées. Et, en remerciement, c'est sur eux qu'on veut s'acharner ? Un encouragement et des félicitations pour ce qu'ils font seraient de toute évidence plus appropriés.

Visiteur

#484 Re:

2013-11-26 22:38

#3: -

Je ne comprends pas comment un enseignant peut ne pas comprendre que c'est différent de corriger 50 copies par semaine ou 30... C'est presque le double... quand on sait le temps qu'on passe sur une copie...

 

Tout n'est pas à jeter.
Visiteur

#485 Re: Re: Re: Re: Revenons à 2004.

2013-11-26 22:38

#479: Ne vous méprenez pas - Re: Re: Re: Revenons à 2004.

Je suis prof de CPGE et je me fais 6500 (*) euros par mois en moyenne sur l'année. Donc rien à voir avec un agrégé en lycée.

Et quand j'ai postulé en CPGE à la sortie de l'agrégation externe, je croyais qu'un prof de CPGE devait 14 heures par semaine. Ma motivation n'était sûrement pas l'argent à l'époque. Bon depuis...

(*) plus que 6100 euros dpuis la refiscalisation des H.S. mais je vis encore.


Visiteur

#486 Une ancienne élève

2013-11-26 22:43

L'heure semble être aux économies certes, mais doit on brader l'excellence?! Ce qui a toujours fait la force des classes préparatoires ce sont ces TP qui nous aident à rattacher tous ces cours théoriques à des notions concrètes, ces TD qui nous permettent d'appliquer les cours, et de mieux les comprendre, et surtout les colles qui étaient bien plus qu'une préparation aux oraux des concours, c'était aussi l'occasion de comprendre ou de se faire réexpliquer certains points. Supprimer ou réduire toutes ces heures en effectif réduire, ce n'est pas seulement diminuer les chances de réussite aux concours, c'est également éloigner les élèves de ce qu'est le métier d'ingénieur: savoir utiliser des notions théoriques à des fins concrètes et bien les communiquer. Le rôle de ces deux (ou trois) années est avant tout de nous préparer au métier ingénieur, on ne peut pas "faire des économies de bout de chandelle" et prendre le risque de mal former des personnes supposées être celles qui construiront le monde de demain.
D'un point de vue plus personnel, cette formation ne m'a pas seulement préparée à devenir ingénieur, elle m'a avant tout permis de devenir une femme. J'y ai appris le sens et le gout de l'effort, l'entraide, j'y ai fait de très belles rencontres humaines, j'ai eu des professeurs passionnés, et toujours à l'écoute. Je ne pense pas être la seule à en être ressortie grandie et heureuse. Doit-on priver des générations de cette expérience (telle qu'on l'a vécue) uniquement pour des raisons financières?

Visiteur

#487 Re: Re: Re: Re: Re: Revenons à 2004.

2013-11-26 22:45

#485: Tout n'est pas à jeter. - Re: Re: Re: Re: Revenons à 2004.

Les cas des profs de prépas sont très differents. Entre un prof de Maths en MP qui est obligé de faire la totalité de l'enseignement de sa matière (16 heures je crois) et un prof de Chimie en PC par exemple, le nombre d'heures sup est très different. Difficile de mettre tout le monde dans le même sac. Quant à un prof de lettre  en prépa scientifique qui doit avoir 4 ou 5 classes pour avoir tout juste son ORS sans aucune heure sup avec des copies de dingue à corriger et un programme qui change tout les ans.... tout ceci est difficile à généraliser.


Visiteur

#488

2013-11-26 22:45

Les profs de prépa auraient-ils "démérité" pour qu'on leur ampute leur salaire au nom d'une "justice" fantôme. Déshabiller Paul pour habiller Jacques si tant est que Jacques soit vraiment "habillé". L'injustice c'est de sanctionner sans motif. Encore une riche idée de ministre technocrate qui va favoriser les vocations scientifiques.

Visiteur

#489 Re: Re: Re: Re: Re: Revenons à 2004.

2013-11-26 22:47

#485: Tout n'est pas à jeter. - Re: Re: Re: Re: Revenons à 2004.

Je pense que l'argent n'est la motivation d'aucun d'entre nous, sinon nous aurions choisi une autre orientation. Mais il y a des limites à l'acceptable étant donné notre niveau de recrutement. Et plus que tout, c'est cette sensation d'être méprisé par le pouvoir qui est intolérable... nous ne valons pas ce que nous gagnons...

A 6500 euros par mois vous êtes très bien lotis, pour moi qui enseigne en CPGE (ainsi que mon conjoint), vous pouvez diviser cette somme par 3 ...

De toute manière c'est le même salaire de base qu'un agrégé de lycée, vous avez simplement (beaucoup) plus d'heures supplémentaires.


Visiteur

#490 Re: Re: Re: Re: Re: Revenons à 2004.

2013-11-26 22:51

#485: Tout n'est pas à jeter. - Re: Re: Re: Re: Revenons à 2004.

Votre propos illustre la diversité des situations concernées par le projet de réforme. Pour ma part (#482), je gagne moins de la moitié de ce que vous êtes payé.

Tout n'est pas à jeter.

#491 Re: Re: Re: Re: Re: Re: Revenons à 2004.

2013-11-26 23:06

#489: - Re: Re: Re: Re: Re: Revenons à 2004.

Quand N. Sarkozy a bloqué le salaire des enseignants, son objectif premeier n'était pas de nous punir mais de rentrer dans un cadre budgétaire européen. De même pour Hollande.

Aujourd'hui Peillon nous tond un peu ras pour habiller les ZEP et autres. Vous pensiez sérieusement que l'on allait augmenter les charges sur les entreprises, diminuer les allocations des chomeurs, etc pour relever l'enseignement primaire et les ZEP ?

Fils et frère de fermiers, j'ai applaudi quand Le Foll a puisé dans les primes des céréaliers pour aider un peu les éleveurs. Il faut bien reconnaître que nous autres profs de CPGE sommes les céréaliers de l'enseignement. Et il y a de plus gros céréaliers que d'autres.

Battons-nous sur le seul point qui peut être compris et soutenu par l'opinion : tenir compte du nombre d'élèves pour calculer notre horaire de base. Soyons clairs pour obtenir un résultat positif.


Visiteur

#492 Élève actuellement en prépa

2013-11-26 23:06

Je supporte entièrement votre cause.

Visiteur

#493

2013-11-26 23:11

Écrire un commentaire...
Marianne

#494

2013-11-26 23:14

Oui, la prépa est un moyen pour les gens issus de milieux sociaux modestes de grimper quelques barreaux. Notre cher ministre s'en fout, car lui, il pourra payer à ses enfants des études chères, en France ou à l'étranger, et plus tard les pistonner pour avoir un bon job, bien rémunéré. J'ai élevé seule mon fils, il a fait une prépa, à présent il est aux Mines. Ce qui se prépare est tout simplement infect. On continue à saborder l'école de la République, mais les fils de ministres et autres, eux, auront toujours les moyens de s'en sortir. Après Allègre, Peillon ! Bravo !
Eh non, ce n'est pas en nivelant l'école par le bas qu'on réduira les inégalités sociales, bien au contraire.
Quant aux ZEP, elles ne sont pas tenables. Injectons de l'argent, d'accord. Mais ça ne résoudra rien. Faudrait peut-être commencer à prendre les problèmes sociaux et économiques à bras le corps, mais ça, personne n'y touche.

Visiteur

#495

2013-11-26 23:20

Continuez

Visiteur

#496

2013-11-26 23:20

De tout coeur avec les profs de prépa!
une khâgneuse
Visiteur

#497

2013-11-26 23:31

Élève en Khâgne, je trouve ce décret d'une hypocrisie et d'une injustice écœurantes. Messieurs les politiciens n'ont-ils donc jamais été en cours pour éprouver l'importance de nos professeurs? N'ont-ils donc jamais été reconnaissants à l'égard de ceux qui se sont engagés auprès de l'état pour transmettre non seulement une culture - qui soit dit en passant s'avère plus que jamais vitale lorsque un pays s'effondre sur tous ses autres pans - mais également une manière de penser, d'appréhender le monde? Messieurs les politiciens n'ont-ils pas conscience qu'en coupant les vivres de ceux qui sont le plus aptes à transmettre tout cela, ils amputent également à la France la possibilité d'un avenir, que nous,élèves, incarnons? Il ne s'agit pas là de défendre les classes préparatoires mais le corps professoral dans sa totalité,et dont les professeurs de CPGE comptent pour une part non négligeable par leur niveau d'étude, leur expérience, et leur engagement, car ils sont déjà sous-payés si l'on considère l'importance de leur rôle quant à l'avenir du pays. Ce n'est pas à eux qu'il faut s'attaquer en temps de crise, c'est eux qu'il s'agit au contraire de valoriser, car ce sont eux qui prennent en charge ce que sera la France lorsque messieurs les politiciens ne seront plus là pour réparer leurs dégâts...


Visiteur

#498

2013-11-26 23:33

Un soutien à nos chers profs de prepas, les seuls qui savent encore interresser leurs élèves.

Visiteur

#499

2013-11-26 23:36

Ces professeurs, au niveau plus que reconnu, travaillent énormément pour fournir à leurs élèves un enseignement d’exception. Ce mépris du mérite doit cesser !

Visiteur

#500

2013-11-26 23:37

II me semble que la frénésie de réformes, trop peu discutées, aurait du être dénoncée, donnant ainsi un cadre plus général à cette pétition, bonne en soi. Sur un plan plus économique, on aurait pu dire aussi qu'il y avait d'autres économies à faire que celle-là, par exemple ce qui toucherait au tissu administratif territorial, le fameux "mille-feuilles". Il faut réduire le nombre des communes et supprimer les départements.