Pétition unitaire Classes Préparatoires aux Grandes Ecoles (CPGE)

Contacter l'auteur de la pétition

Ce sujet de conversation a été automatiquement créé pour la pétition Pétition unitaire Classes Préparatoires aux Grandes Ecoles (CPGE).


Visiteur

#251

2013-11-25 14:20

Un programme de 3 oeuvres qui change chaque année, à envisager selon un thème philosophique imposé, des sujets de devoirs à créer de bout en bout et, depuis 12 ans, des "grandes" vacances en partie consacrées à des lectures professionnelles, des cours à inventer... Et voilà, il me faudrait faire une heure de plus sans contrepartie financière. Au nom de quelle équité ? Je n'en peux plus et je songe à abandonner la partie.

Visiteur

#252

2013-11-25 14:23

je trouve que l'ensemble des enseignants devraient être revalorisé et c'est beaucoup de mépris par rapport à cette fonction que d'envisager une diminution de salaire au vu du travail fourni

Visiteur

#253

2013-11-25 14:32

Les profs de CPGE permettent aux élèves de rester motivés, de se dépasser et de ne pas abandonner, et pour cela ils s'impliquent beaucoup en plus des cours énormes a préparer, rien a voir avec des profs de lycée. Ils méritent leur salaire et c'est inadmissible qu'il soit baissé !

Visiteur

#254

2013-11-25 14:45

L'état augmente les impôts à tous les niveaux et baisse les salaires...

Visiteur

#255

2013-11-25 14:56

Dommage, j'ai vécu une expérience unique durant ma classe préparatoire, j'espère vraiment que ce système perdurera

Ce message a été supprimé par l'auteur de cette pétition (Montrer les détails)

2013-11-25 14:56



Visiteur

#257

2013-11-25 15:05

tout le monde a le bac maintenant..
les classes préparatoires outre leur intérêt de formation sont absolument nécessaires pour clarifier les "éléments" capables de poursuivre avec des chances de réussite leurs études.

Visiteur

#258

2013-11-25 15:08

On veut avoir cours dans les meilleures conditions possibles !

Visiteur

#259

2013-11-25 15:12

L'engagement des profs de prépa est indéniable, ni d'ailleurs l'abnégation dont il font preuve chaque jour pour nous amener à notre meilleur niveau. Leur salaire actuel n'est même pas à la hauteur des heures de travail fournies, ni de la qualité de leur enseignement. Vouloir le réduire est une pure hérésie, venue de personnes qui n'ont pas la moindre idée de ce qu'être enseignant en CPGE signifie pour les personnes impliquées. En tant qu'ancienne élève de CPGE, je signe fièrement cette pétition, en souvenir et en hommage à des professeurs extraordinaires qui m'ont donné le goût de l'effort, de la rigueur et de l'émancipation intellectuelle.

Ce message a été supprimé par l'auteur de cette pétition (Montrer les détails)

2013-11-25 15:28



Visiteur

#261

2013-11-25 15:33

Avec 110 % de mentions Très Bien au baccalauréat, la France n'a plus les moyens de former une élite, ce n'est plus la république du mérite ou du surpassement de soi.
olgate

#262

2013-11-25 15:37

Pour soit disant réaliser des équilibres ce gouvernement choisit de déshabiller les uns pour habiller les autres, comme l'ancien, il nous divise puisqu'il n'attaque qu'un corps, c'est vraiment petit, une démarche économique désuète et lamentable , on attendait plus.Qu'il se déshabille lui même en rognant les diverses indemnités des parlementaires, sénateurs, députés, cabinets, mais qu'il respecte l'éducation nationale et les rémunérations de tous ses enseignants diplômés qui ont fait leurs preuves et qui intègrent les populations , transmettent sans compter leurs heures et sans ménager leur énergie. Qu'il soit reconnaissant envers les professeurs de CPGE qui pour alimenter intellectuellement les futures ressources du pays sont toujours présents face aux élèves en ayant, en dehors de cette présence , consciencieusement préparé et corrigé massivement cours, travaux dirigés et pratiques..L'absentéisme est plus de mise au sénat et à l'assemblée nat que chez les professeurs de CPGE Des privilèges à partager il y en a à l'EDF, la SNCF, chez les élus et les politiques mais pas chez les professeurs CPGE surtout quand ils exercent en province et attendent le paiement des heures supp effectuées. Stop aux egos et à la jalousie pour fonder une réforme mais privilége à la qualité de l'enseinement qui ne peut pas être soldé

Visiteur

#263

2013-11-25 15:40

C'est aussi important pour nous, étudiants, de savoir que nos enseignants sont triés sur le volet et nous mènent vers des domaines d'études poussées. Il faut continuer à reconnaître leur travail !

Visiteur

#264

2013-11-25 15:48

Ancien élève de prépa, X(52),issu de milieu très modeste socialement, j'ai pu mesurer l'application et la compétence avec lesquelles mes professeurs ont formé des quantité de jeunes; elles sont d'ailleurs proverbiales et mondialement reconnues; je l'ai constaté aux USA. J'ose espérer que cette rumeur est une calembredaine comme le dit Monsieur le Ministre des Affaires Étrangères.

Ce message a été supprimé par son auteur (Montrer les détails)

2013-11-25 16:00



Visiteur

#266

2013-11-25 16:02

Le principe de péréquation est judicieux en ce qu'il répond à la situation actuelle des prépas à laquelle les décrets de 50 ne peuvent plus coller. Global, il ne reconnait pas la situation spécifique des enseignants de 2e année ni l'exceptionnelle charge de travail de tous les profs de CPGE.

Ancien proviseur de Lakanal.


Visiteur

#267

2013-11-25 16:26


Visiteur

#268

2013-11-25 16:27

Urgente et nécessaire

Visiteur

#269

2013-11-25 16:32

La dialectique néo-communiste , la pensée élémentaire et démagogique du " prendre aux riches pour donner aux pauvres" qui plait au peuple vient désormais de se décliner sur le corps enseignant, en s'attaquant à un groupe d'excellente présenté comme une élite bénéficiant de privilèges indus,or ces enseignants les plus diplômés, les plus prompts à actualiser en permanence leurs connaissances, sont aussi les plus diplômants: c'est grâce à eux, par leur travail leur niveau didactique que l'on genère encore des contingents d 'ingénieurs de cadres commerciaux dont la formation est reconnue et recherchée en France et à l'étranger ... Mepriser l'excellence niveller par le bas coutera très cher à notre pays...

Visiteur

#270

2013-11-25 16:41

Bravo: il faut faire connaître le travail réel des profs de prépa qui ont souvent renoncé à des carrières plus brillantes et plus rémunératrices parce qu'ils et elles croyaient à leur mission de transmission (je précise que je ne suis pas prof de prépa moi-même!)


Visiteur

#271

2013-11-25 16:51

Pour ce niveau d'etude ce n'est pas cher payé.
Merci monsieur Peillon.

Visiteur

#272

2013-11-25 17:08

L'enseignement que nous avons reçu en classe préparatoire fut d'une très grande qualité , et notre réussite est dû à l'investissement de nos profs durant deux. Comme on dit , toute peine mérite salaire !!

Visiteur

#273

2013-11-25 17:12

Il est inadmissible de voir que le gouvernement a peu de considération pour le travail des professeurs de CPGE, au point de vouloir diminuer leur rémunération.

Visiteur

#274

2013-11-25 17:15

Travailler plus pour gagner moins ... Cela rappelle quelqu'un ...

Visiteur

#275

2013-11-25 17:44

J'ai enseigné à peu près partout dans le supérieur. Et là où j'ai été le plus utile, c'est bien en prépa. Les étudiants (je dis bien étudiants) que j'ai eu en face de moi n'étaient pas forcément bons, ils étaient souvent plein de doutes et ne savaient pas comment travailler. Quand je les vois au bout de 2 ans, au bout de 4 ans, ou après, et je vois le chemin parcouru... Je sais bien que jamais (ou pour très peu d'entre eux) ils n'auraient eu ce parcours ailleurs. C'est statistique...
Je n'enseigne pas dans un lycée parisien dans une prépa très reconnue, mais dans la notre, les élèves viennent de milieu modeste et sont souvent boursiers. Et pas forcément soutenus par leur famille. Je ne sais pas combien d'heures je travaille, je ne fais pas le calcul.

Je n'ai pas ce sentiment d'être privilégiée. En moyenne, sur une année, j'ai fait le calcul : j'ai gagné 3000 euros par mois (avant la refiscalisation des heures supplémentaires). Heures supplémentaires, colles comprises... Je tiens à préciser que je travaille à 200 kms de chez moi, que je dépense 400 euros par mois pour me déplacer et me loger. Le reste de mon "super" temps libre est consacré à la recherche, financée par mes propres moyens, et aussi au déplacement dans les lycées de mon académie (eh oui ! par mes propres moyens aussi, le plus souvent) pour faire connaître la prépa à des élèves qui parfois n'en connaissent même pas l'existence...