Déblocage de la situation des MCF-HDR qualifiés

Contacter l'auteur de la pétition

Ce sujet de conversation a été automatiquement créé pour la pétition Déblocage de la situation des MCF-HDR qualifiés.


Visiteur

#1

2013-07-11 12:14

Avec la reforme des retraites, les MCF ne peuvent plus être bloqués dans leur carrière, comme c'est actuellement le cas (notamment aggravation nette des conditions de retraite des femmes). Nombre de MCF-HDR assument des responsabilités de PU sans le salaire en contre-partie (et donc la cotisation retraite). La 16ème section CNU avait discuté, lors de l'enquête interne à la CP-CNU sur les conditions de fonctionnement des sections, de la fusion des corps assortie d'un avancement grand choix-petit choix en fonction des responsabilités et le maintien de l'HDR pour la qualification à encadrer des doctorants.

Visiteur

#2

2013-07-11 14:18

Les postes de PU se faisant de plus en plus rares, un MCF HDR n'a plus beaucoup d'avenir à l'université. Il peut se trouver employer en deçà de ses potentiels, à la manière d'un MCF en début de carrière, ou au contraire il peut remplir les fonctions de PU sans en avoir les avantages. Si cette situation perdure, il y a fort à parier que les MCF ne soutiendront plus d'habilitation dans les années qui viennent.
Frank Cézilly

#3 pourquoi je ne signe pas

2013-07-12 12:03

Je ne signe pas cette pétition, sans pour autant nier le problème. Mais mon expérience (j'ai 50 ans et suis PRCE2) me montre que le fait qu'un MCf soit titulaire d'une HDR n'est pas forcément une indication forte de sa qualité intrinsèque car le niveau demandé pour passer une HDR n'est malheureusement pas fixé au plan national et fluctue d'une université à l'autre. Le fait d'être qualifié par une section du CNU, par contre peut être considéré comme la preuve que l'on atteint un niveau minimal pour participer à un concours. Mais en l'occurrence, le fait s'être présenté, et même à plusieurs reprises, sur des postes de Prof ne démontre rien de la qualité ou des mérites du candidat. Il existe chaque année des présentations un peu "farfelues" et dans le même temps beaucoup de collègues qui ne postulent pas à des postes de professeur sur lesquels ils pourraient se présenter en raison de contraintes familiales. Et mon sentiment est ces contraintes désavantagent particulièrement les collègues femmes. Il n'y a qu'à comparer la sexe-ratio au sein des collèges MCf et PR pour s'en assurer. Cette inégalité des sexes devant la promotion au grade de professeur me semble pour ma part bien plus grave et bien plus urgente à réduire. Le problème que vous soulevez pourrait aussi bien se régler si le ministère imposait que chaque année une certaine proportion (disons 2/3) des postes ouverts dans une université soit réservé à des concours externes (pour des étudiants n'ayant pas effectué leur thèse dans l'établissement ou des MCf n'étant pas en poste dans l'établissement), quitte à ce que le reste des postes puisse être librement utilisé pour des concours ouverts à tous (pour le niveau MCf) ou même des promotions locales sans concours (pour le passage au grade PR). Ce qui mettrait les universités devant leur responsabilités et pourrait les amener à avoir une politique scientifique un peu mieux structurée.
Jacques Grober

#4 oui Franck mais...

2013-07-12 13:41

en effet Franck, tu as raison de dire que l'HDR n est pas un diplôme national..tout comme le doctorat (Doctorat d'université). C est une première étape dirons nous qui est ensuite validée (ou pas) par les sections du CNU. En cas de validation, la section CNU reconnait en effet que le candidat peut alors occuper un poste (et les fonctions qui vont avec) de PR. La mobilité n est absolument pas favorisée dans nos métiers (je ne parle pas de mobilité d'une année..). Il n'y a pas que les femmes qui sont pénalisées....même si je suis d'accord avec toi, plus de femmes professeure seraient, je pense, nécessaire..et permettrait d'abaisser sensiblement le taux de testostérone dans les réunions..et les couloirs...
Tu dois connaître comme moi, des PR...qui sont dans la même ville dans laquelle ils étaient à la maternelle, et ce sans JAMAIS avoir quitté professionnellement cette même ville.
Concernant les recrutements....la solution serait de passer par un recrutement national et non plus local...c est possible nos collègues du CNRS, INSERM, INRA..le font bien...et c est pas notre spécificté d'enseignement qui nous en empêche (d'ailleurs critère mineure lors des recrutements en face du critère recherche)

Visiteur

#5

2013-07-13 11:11

Que dire des MCF HDR qualifiés auxquels l'accès à la hors classe est refusé (malgré l'appréciation positive du CNU sur leur dossier), sous prétexte (explication officieuse donnée en coulisse) qu'ils ont la possibilité d'accéder à un poste de PR ?

Visiteur

#6 Re:

2013-07-13 11:45

#5: -

C'est vrai, c'est rageant, mais de là à parler de "souffrance" et à considérer qu'un/e MCF HDR a besoin de retrouver sa "dignité" en accédant au statut PR, c'est peut-être tout de même un peu abusif, non ?


Visiteur

#7

2013-07-13 15:04

Il faut prendre en compte les effets de cette petition, uniquement pour les MCF-HDR qualifies qui le meritent.

Visiteur

#8

2013-07-13 16:30

En tant que MdC HDR "recalé" depuis 8 ans sur les postes de PR en sciences du langage, je peux témoigner que la situation est en effet inquiétante : le localisme et/ou la co-optation semblent être les seuls critères actuellement retenus par les comités de sélection pour pouvoir les postes de PR. Quelles que soient les qualités des dossiers de candidature des MDC HDR, seuls les critères de promotion interne ou les choix de politique de laboratoires ou d'équipes d'accueil sont retenus, au moment du vote, pour la nomination des PR. Une analyse triviale en termes de théorie des jeux permet de comprendre que le système préconisé par la LRU ne garantit pas des conditions permettant de bénéficier d'une promotion sur le seul critère du mérite et du service fait, quelle que soit l'ancienneté et les réalisations ou les distinctions du ou des candidat(e)s ; la règle des quotas d'externes et d'internes n'est guère respectée, et la nomination ad hoc des comités se fait selon une logique de réseaux.
visiteur

#9 HDR sans poste à l'université

2013-07-14 19:52

Et que deviennent alors les HDR sans poste à l'université, généreusement qualifiés à plusieurs reprises et payés en vacataire pour leurs cours? Que prévoir pour eux/elles qui se chargent "bénévolement" des doctorants et des étudiants en master sans avoir droit à une prime? Leur sélection par les comités locaux/nationaux serait alors quasi-impossible.

Visiteur

#10 Re:

2013-07-19 20:07

#5: -

Cela est totalement indamissible.....La HC des MCF doit etre totalement indépendante de toute considérations de ce genre.

généralement ce genre de discours émanent de profs qui ont été bien servis!!!

 

Si tous les MCF "hors classable" pouvait rellement en effet passer prof alors en effet pourquoi pas.....mais ce que nous dénonçons!!

Nicolas Spilmont

#11

2013-11-19 22:01

Je suis MCF-HDR qualifié..mais je pense que je ne vais pas signer la pétition...! En effet, je trouve, comme l'a signalé #6 que le vocabulaire utilisé est abusif..."retrouver sa dignité", "situation particulièrement pénible et douloureuse", "se trouvent plongées dans une situation de fragilité institutionnelle et psychologique.". Tout cela n'est-il pas exagéré ? Certes, je ne connais personnellement cette situation que depuis 1 an, ce qui n'est peut-être pas encore suffisant pour connaître ce niveau de souffrance...
De plus, passer l'HDR ne veut pas forcément dire vouloir être PR. Personnellement, je l'ai fais pour pouvoir être Directeur de thèse et avoir à demander à un PR de mon labo d'être Directeur fantoche (je l'ai fait aussi pour l'exercice de rédaction de l'HDR !). On peut donc alors être Directeur de thèse sans avoir, en théorie, à endosser des responsabilités de PR. il est vrai que dans certains labos (en particulier de taille limitée), les MCF en général (et pas seulement HDR) endossent des responsabilités en théorie de PR. On peut aussi considérer que le grade de PR est parfois devenu une "promotion" du grade MCF (i.e. mêmes tâches mais salaire plus élevé) ; cette vision légitime en effet la demande qui est faite ici...
Enfin, le fait de refuser le hors-classe aux collègues "probables" (ce qui sous entend le fait de l'accorder à ceux pour qui on considère qu'il ne sera jamais possible d'être PR...) est quelque chose me semble-t-il d'assez courant.
O. Cairon (CNU 31)

#12 objectifs de la pétition?

2013-12-01 01:46

La pétition lancée l’été dernier a recueilli à ce jour pratiquement 300 signatures de MC, MC-HDR, MC-HDR Qualifié, MC-HDR Qualifié qui se sont présentés au concours PU et enfin de PU. C’est très faible au regard du nombre des MC qui chaque année obtiennent auprès des quelques 50 sections CNU leur qualification PU (donc titulaire de l’HDR) et encore plus faible si on considère le nombre global des postulants à la qualification (tous titulaire de l’HDR-sauf équivalence).
Les quelques commentaires laissés sur le site permettent d’apporter un début d’explication au peu d’enthousiasme soulevé. En premier lieu, si la pétition n’avait pour seul objectif qu’à considérer la situation de ceux des ‘MC-HDR Qualifié qui se sont présentés au concours PU et …qui vivent une souffrance au travail’, le moins que l’on puisse dire est que cette vision ne recouvre que trop peu les diverses situations des collègues qui s’investissent quotidiennement –outre leurs enseignements- dans les activités de recherche. Car c’est bien de cela qu’il s’agit: nombre d’EC ne sont plus actifs en recherche pour différentes raisons :
-ils ne l’ont jamais vraiment été (ce qui n’a pas empêché certains d’effectuer un joli parcours dans la carrière MC et aussi PU),
-ils ont déjà beaucoup donné en R et n’ont rien vu venir en retour sur leur évolution de carrière et ont fini par laisser filer (surtout lorsqu’ils considèrent la catégorie précitée),
-ils n’ont pas (eu) les moyens de développer leur recherche dans leur université de rattachement.
Ceux de nos collègues relevant de ces situations se sentiront bien peu concernés par la pétition surtout si elle se restreint aux « MC-HDR Qualifié qui se sont présentés au concours PU ». Pire encore, ceux des MC-HDR Qualifié et non Qualifié pourraient se sentir exclus et, si le but de toute pétition est de recueillir un maximum de signatures, on ne peut que douter de la pertinence de cette formulation trop restrictive.
De mon point de vue, il faut déterminer clairement les objectifs et les critères pertinents pour asseoir cette pétition.
-Sur les objectifs; la situation de blocage de carrière des collègues qui continuent à assurer leur double mission d’EC. Il va de soit que ceux qui sont concernés ne bénéficient pas d’un localisme favorable! Cela existait même avant la LRU! Il va de soit aussi que certains n’aspirent pas à devenir PU. Pourquoi ne pas le dire sans détour ?
-Sur les critères; les critères d’obtention de l’HDR varient d’une université à l’autre et sont là encore parfois sujets à la suspicion (parfois justifiée) du localisme ou des tensions locales. Par exemple, pour qu’une équipe renforce sa position sur d’autres au sein de l’école doctorale, certaines HDR sont « habilement » délivrée.
La qualification délivrée par les sections CNU présente davantage de garanties d’échapper au localisme bien que parfois le localisme revienne par la fenêtre de la section nationale. Cependant, les récentes règles de déport appliquées au CNU limitent fortement ces potentielles tentations.
Reste la présentation au concours PU. Comme cela a été dit par Franck (#3), « Il existe chaque année des présentations un peu "farfelues" et dans le même temps beaucoup de collègues ne postulent pas à des postes de professeur sur lesquels ils pourraient se présenter en raison de contraintes familiales ». Il faut ajouter à cela ceux des MC-HDR qualifiés qui ne postulent pas en raison de l’absence d’adéquation des postes publiés avec leur profil et qui préfèrent éviter la présentation « farfelue ». La encore, ceux qui bénéficieront du localisme verront un jour se présenter le bon profil au bon moment!
On le voit donc, la situation à combattre et à dénoncer est celle d’une iniquité que subissent ceux qui ont fait les efforts et continuent leur recherche parfois sans véritable moyens. L’urgence c’est de résoudre ces situations avant que nombre d’entre eux ne finissent par ne plus se « satisfaire » de la passion qui les anime encore. Ils rejoindront alors la cohorte des blasés et se contenteront d’améliorer leur salaire avec des HC et autres PRP…
EClucide

#13 Re:

2013-12-02 22:36

#2: -

Ce plafond de verre que vous évoquez concerne aussi bien des femmes que des hommes. On crée comme un fossé entre besoins et compétences. Ce que demandent les MCF HDR qualifiés (dans la mesure où ils ont déjà fait des preuves) une reconnaissance statutaire de leurs compétences afin de mener des recherches dans des dispositions morales à peu près stables. Certains projets ne peuvent pas être portés par des MCFs dans certaines organisations. Quand après des années de lutte et d'attente, on arrive à décrocher le poste, l'âge devient un obstacle. Quand vous n'obtenez pas un poste de PR, vos collègues vous regardent comme un "produit en fin de cycle". Ainsi, l'obtention de l'HDR a pour effet de produire une atteinte à l'estime de soi (difficile d'obtenir une mutation en tant que MCF HDR; difficile de mener parallèlement la recherche qu'on aime tout en gardant à l'esprit les critères pour le renouvellement de la qualification et les changements des règles de recrutement) quand on vous dit qu'"il y a plus de postes que de qualifiés dans ta discipline et on ne comprend pas pourquoi tu es encore là !" Il n'y pas de vértiable politique de "ressources humaines" dans l'ESR (ni au niveau local, ni au niveau national). Il n'y a que des discours sur la parité.


Visiteur

#14 Re: pourquoi je ne signe pas

2014-01-08 15:12

#3: Frank Cézilly - pourquoi je ne signe pas

Assez conternant d'entendre un discours aussi démagogique de la part d'un PREx qui enseigne depuis très logntemps dans une des universités la plus "consanguine" de France (Université de Bourgogne). Entre les discours et les actes, le fossé est énorme...

Par ailleurs, il est toujours facile de tenir un tel discours lorsque l'on a eu la chance (ou le talent) d'avoir une carrière linéaire permettant d'avoir atteint le grade de PREC2 à seulement 50 ans...Cher Monsieur le Professeur Cezilly, avec tout le respect que je vous dois, force est de constater que le contexte de recrutements et de promotions a évolué de telle façon que si vous aviez 20 ans de moins aujourd'hui, votre progression de carrière n'avancerait pas forcément aussi rapidemment et ce, quel que soit votre talent!

Quelqu'un qui vous connait bien!


Visiteur

#15 Re: objectifs de la pétition?

2014-01-08 15:34

Fernand Naudin

#16 Re: objectifs de la pétition?

2014-01-08 19:48

#12: O. Cairon (CNU 31) - objectifs de la pétition?

On peut aussi voir le verre à moitié plein ...s'il y a chaque année des candidatures fantaisistes, il y a aussi chaque année des collègues méritants qui passent des concours PU et qui se font rétamer à cause (i)de la pression exercée sur ces postes et pire encore (ii)du clientélisme locale...Pour info, c'est une spécialité Bourguignonne à laquelle participent aussi certains brillants professuers qui dénoncent pourtant officiellement cette pratique! Il suffit de regarder les recrutements PU à venir en biologie (avec un (des) profil(s) de poste(s) taillé(s) comme un (des) costard(s) pour LE candidat local idéal...si je voulais être salaud, je donnerais même le nom du futur promu (et tout ceci sans être grand sage!)...alors arrêtons la mauvaise foi et messieurs ne crachez pas sur un système qui à fait (et continue de faire) votre fond de commerce et souvent votre brillante carrière!

Soyons honnêtes, le système de recrutements et de promotions Français est basé sur ce principe...Il ne suffit pas de faire correctement son travail mais surtout d'être là au bon endroit au bon moment et avoir ciré les bonnes pompes pour parler poliment...tout le monde le sait mais personne ne le dit! la LRU n'a fait qu'augmenter ces pratiques douteuses au travers de commissions de sélection incorporant des collègues soi-disant extérieurs qui n'ont d'extérieurs que le non puisqu'il s'agit le plus souvent de proches collaborateurs de l'équipe qui recrute et qui se plient aux volontés de celle-ci...C'est encore plus cloque et opaque (i.e. faux-cul) que l'ancien système avec les commissions de specialistes qui n'était pourtant loin d'être optimal!

 

Frank Cézilly

#17 Re: Re: pourquoi je ne signe pas

2014-05-07 12:21

#14: - Re: pourquoi je ne signe pas

Je découvre ce message quelque peu agressif avec du retard, mais préfère y répondre. Je ne discute pas le caractère souvent "consanguin" des recrutements, y compris dans l'Université à laquelle je suis rattaché. Toutefois, si vous me connaissez aussi bien que vous le dites (pourquoi alors ne pas signer votre message ...), vous savez je n'ai pas fait mes études, ni passé ma thèse de doctorat à l'Université de Bourgogne et que mes deux premières promotions (PR1 et PRCE1) ont eu lieu au niveau national. Je ne crois donc pas avoir fait preuve de démagogie en intervenant dans ce débat.

Pat13

#18 Re: oui Franck mais...

2014-05-12 19:53

#4: Jacques Grober - oui Franck mais...

Et que dire des cas où la politique du laboratoire consiste à ne faire que des recrutements extérieurs, lorsqu'on est MdCf HDR HC 6A3, et qu'on est pas mobile géographiquement ?

Le localisme ne fonctionne pas partout !

à 49 ans, s'entendre dire par son directeur d'unité : 'c'est déjà bien d'être arrivé là où tu es arrivé', ça fait trés mal !


Visiteur

#19

2014-05-13 09:31

HDR et qualifiée (4 fois!) depuis 1999

Nicolas

#20 Question naïve (d'un MCF habilité et qualifié)

2014-06-03 20:55

Pourquoi ne pas plutôt réclamer (exiger ?) une gestion des carrières des EC entièrement confiée au CNU ? Le passage MCF->PR deviendrait un vrai concours national et s'affranchirait de l'ensemble des inconvénients sus-cités : localisme, mobilité forcée (imposée le plus souvent par des parisiens qui n'ont eu qu'à changer de ligne de RER pour faire valoir d'une mobilité), difficultés liées au contexte démographique local, gels de postes, etc...

Visiteur

#21

2015-04-13 14:58

Je l'ai signée le 13.04. 2015
Suis victime de la LRU: nomination d'un PR venu de l'étranger sans HDR et sans qualification ayant obtenu une qualif maison (à Stendhal-Grenoble 3) sur la base de l'expérience d'enseignement à l'étranger.
Indiana jones

#22 Le vrai sujet

2015-06-07 18:18

Les postes de mcf

"localisme et recrutements arrangés par des comités de sélection ad hoc."

J'ai été auditionné 3 fois, dans les trois cas le poste était déjà prévu pour quelqu'un d`autre.

Dans la commission il y avait des mcf mais je ne les ai pas entendu se solidariser avec ceux qui ne sont toujours pas en poste   

Vous fêtes le même avec les jeunes que les Profs avec vous

 

 

 

Ce message a été supprimé par son auteur (Montrer les détails)

2015-06-09 16:55



Visiteur

#24

2015-06-13 09:34


12 juin 2015
Kristo

#25 Re:

2015-06-19 14:53

#1: -  

 Un jour, si les MCFs se récveillent, il pourraient reprendre le texte des statuts qui stipule que les profs ont vovcation à donner les cours magistraux.... Alors, tous les MCFs de France pourraient décider de ne plus donner de cours en Amphi.... Là, je suppose que cela poserait quelques problèmes dan pas mal d'universités pour faire tourner les formations... 

 




Publicité payante

Nous ferons la promotion de cette pétition auprès de 3000 personnes.

Apprendre encore plus...