Sauvegardons les terres patrimoniales des Soeurs de la Charité

Contacter l'auteur de la pétition

Ce sujet de conversation a été automatiquement créé pour la pétition Sauvegardons les terres patrimoniales des Soeurs de la Charité.


Visiteur

#1

2015-01-23 01:46

Faut sauver nos terres
Freinons le développement résidentiel
Je suggère de conserver une partie pour l'agriculture et une autre partie pour développer le résidentiel dans une moindre mesure toutefois

Visiteur

#2

2015-01-23 02:14

Pourquoi ne pas faire des espaces vert genre central park new york?

Visiteur

#3

2015-01-23 02:36

Oui, développons un grand espace vert pour fournir de l'oxygène aux résidents de Québec. Ça pourrait être un complexe nature avec un grand parc, des jardins communautaires, des terrains de sport pour les jeunes, un golf pour les retraités, une piste d'athlétisme, une piste cyclable, des terrains de tennis et de balle, un auditorium en plein air pour des concerts, etc.
un intervenant dans la loi de 1975

#4 Re:

2015-01-23 02:57

#3: -  

 Oui, bien sur!  Autrement dit, ce que vous dite c'est utilisons la pour tout, sauf bien pour de l'Agriculture!


Visiteur

#5

2015-01-23 03:02

Il ne faut surtout pas lâcher le morceau! Sauvons les terres agricoles dans la ville!

nourrimoi

#6 terres agricoles

2015-01-23 05:09

Il faut cultiver ces terres et leur faire jouer par ce fait d'autres rôles connexes, par exemple réhabiliter des prisonniers, des chômeurs en les formant à des métiers reliés et leur donner une possibilité d'emploi comme personnel d'aide et de remplaçement  dans les fermes (ceci permettant des vacances), ou en horticulture (où on a besoin de beaucoup de saisonniers immigrés). Les organismes communautaires peuvent aussi être mis à profit pour s'approvisionner en produits, instaurer un troc service vs nourriture, etc. Maintenir ces terres pour l'agriculture contribuera aussi à garder plus de vert sur la planète et des gaz à effet de serre à un niveau plus bas que si on utilise encore plus de resssources, pour les "construire" en rangées avec du beau bardeau de vinyle! Une autre "île horticole et agricole" est préférable à des investissements qui enrichiront bien plus les promoteurs que les bonnes oeuvres. De plus il y a bien d'autres trous déjà équipés à tranformer prioritairement en ville. Au fait, vu notre démographie, on veut y accueillir qui exactement dans cette nouvelle ville, les familles des Nordiques?


Visiteur

#7

2015-01-23 05:30

Sauvegardons les terres agricoles urbaines !

Visiteur

#8

2015-01-23 05:32

La valeur agricole de ces terres mérite le maintien de leur zonage.

Visiteur

#9

2015-01-23 05:43

Il y a tellement d'autres endroits pour construire qu'on doit réserver ces terres fertiles pour l'agriculture.

Visiteur

#10

2015-01-23 06:39

Excellente initiative.
Même après la vente de SMA, ces terres sont louées et toujours cultivées. Les Soeurs de la Charité ou un autre organisme pourraient continuer ainsi et verser les profits aux oeuvres caritatives. Dans 20 ans les terres agricoles seraient toujours en exploitation et les profits pour ces mêmes oeuvres continueraient à aider les gens et les nourrir encore très longtemps. Mais, si on construit, après le boom, tout est fini sinon, moins d'oxigène et plus de pollution.
Jésus

#11 Soeurs de la Charité

2015-01-23 10:05

les Sœurs de la Charité de Québec ont exploité durant 114 ans, de 1893 à 2007, des terres agricoles situées à Beauport pour approvisionner en produits laitiers, viandes, fruits et légumes l’hôpital Saint-Michel-Archange.


Visiteur

#12

2015-01-23 14:47

Sauvegardons notre patrimoine agricole au même titre que les autres.
Visiteur

#13

2015-01-23 16:12

La Ville de Québec a déjà elle-même fait la démonstration qu'elle a suffisamment d'espaces en zone blanche pour accueillir la population des 10 à 20 prochaines années. À ce sujet, voir les estimations du Plan de mobilité durable, (p. 43) et du Plan métropolitain d'aménagement et de développement (PMAD) (pp.168-169).


Visiteur

#14

2015-01-23 17:07

Quelle opportunité pour la ville de Québec de poser un geste concret en faveur d'un patrimoine agricole exceptionnel. Ou delà d'une mode, l'agriculture urbaine offre de multiples facettes qui sont profitables aux citoyens. Un peu d'imagination et ces terres patrimoniales seront conservées et serviront à nourrir les citoyens de Québec.
yo

#15

2015-01-23 17:18

Vous croyez que la ville va vraiment bloqué cette entrée massive de taxe? Il faut malheureusement pas rêver


Visiteur

#16

2015-01-23 19:33

Il existe suffisamment d'espaces urbains à l'abandon et à valoriser dans la zone blanche de l'agglomération de Québec.De plus il faut un peu plus de densification (de qui est déjà d'usage résidentiel ou commercial) en intégrant davantage de végétation et d'amélioration et de mise en valeur des espaces verts existants dans les quartiers centraux . Certains quartiers de la ville en périphérie proche doivent assurément obtenir de l'aide de la municipalité et des gouvernements supérieurs pour la rénovation résidentielle et l'amélioration du cadre urbain pour inciter les jeunes à y demeurer au lieu de s'éloigner du centre de la ville.

AgriFan

#17 Sauvegardons les terres patrimoniales des soeurs de la charité

2015-01-23 20:15

J'ai fait mon mémoire de maîtrise sur cette zone péri-urbaine.  Tous les experts que j'ai consultés semblaient résignés à voir ce précieux patrimoine agricole être écrasé par l'urbanisation sauvage.  Les terres des soeurs de la charité, comme les parcelles agricoles qui subsistent dans son voisinage, peuvent encore être consolidées.  Il n'est pas trop tard.  On parle ici des meilleures terres à légumes de la région.  Des terres de qualité qui se font de plus en plus rares.  C'est à cet endroit que devrait se situer le grand marché de la ville.  Un marché tellement proche et avantageux pour les consommateurs !

Québec est une ville encore "respirable" et à échelle humaine, grâce surtout à ses espaces verts toujours disponibles.  Ne laissons pas aller notre qualité de vie et d'habitat, sous prétexte que le maire Labeaume a triplé la dette de la ville et que ça lui prend des milliers de comptes de taxe additionnels pour la rembourser.  Battons-nous pour la qualité de notre milieu de vie.  Déjà, depuis quelques années, le smog a fait son apparition occasionnelle au-dessus de nos têtes.  Les terres des soeurs de la charité sont l'un des deux poumons de la ville avec les plaines d'Abraham.

Dans d'autres secteurs de Québec, de braves citoyens s'opposant à la densification prônée par Labeaume, ont fait rire d'eux par le maire parce qu'ils manifestaient ou exigeaient un référendum pour sauver des arbres, ou des pans entiers de la forêt urbaine, de plus en plus menacée.  Beaucoup de gens ont choisi, ou aime Québec, pour la diversité de sa trame urbaine, et la possibilité d'y être libre, et d'y vivre dans un milieu encore relativement sain.  C'est un droit légitime.  Tout comme celui, fondamental, de manifester et de lutter pour le conserver tel quel, ou de l'améliorer.  


Visiteur

#18

2015-01-23 21:11

La ville de Québec nous avait présenté un beau projet soit l'écoquartier d'Estimauville. Si le groupe Dallaire veut bien faire, pourquoi ne pas prendre ce projet en main plutôt que de gaspiller les terres des Sœurs de la Charité qui ont le potentiel de devenir un magnifique Central Park nourricier offrant fruits et légumes à la population de Québec.
Fantome de l'ile des soeurs

#19 Crime contre l'humanité

2015-01-24 05:15

Est-ce que dans la ville de Québec nous allons laisser se répéter le crime contre l'humanité qui s'est produit dans les années 80 à l'ile des soeurs, à Montréal, à la sortie du pont Champlain.  Dans ce jardin maraîcher situé à proximité des 2 millions de Montréalais à nourrir, sur ce qui étaient les seuls sols de classe 2 de la province de Québec.  Maintenant tout est détruit à jamais par l'ubanisation et l'étalement urbain, pour les profits mercantiles d'une poigné(e)s.  N'oublions pas les dégats semblables infligés à Laval, et encore en marche, sur des sols de classes 3, (dans certains cas presque du niveau 2).  Tout l'ensemble du territoire de la province de Québec ne possède pas plus que 3% de sol agricole cultivable, soit jusqu'en classe 4 maximum, alors même que ce 3% de surfaces est en pertes constantes.   Malgrés les déinformations en tous genres et de toutes sources, la vérité c'est que nous ne parvenons pas à maintenir notre niveau d'autonomie alimentaire.  Elle est toujours en diminution, pour ne plus atteindre que le 1/3 de notre consommation.  C'est un drame de société et un immense fiasco économique.  Pendant ce temps, observez tous ces complices à la rationnalité pervertie qui pronent le dézonage agricole et la revisions assouplitive de la loi de 1975.  Vient un temps ou la rigueur doit s'imposer et être défendu par les gens de bonnes volontés, qui ont le devoir de se lever debout.


Visiteur

#20 Déjà trop de terre agricoles perdues à Québec

2015-01-24 14:12

On a déjà trop perdu de terres agricoles à Québec, je l'ai constaté à Charlesbourg où j'ai grandi. Il y a de la place ailleurs pour le développement résidentiel, à commencer par l'éco-quartier d'Estimauville, qui aura du mal à trouver preneur si un énorme développement résidentiel se construit quelques kilomètres plus au nord.

Marco

#21 M.Labeaume avec nous!

2015-01-24 18:27

Ça va prendre combien de signatures ou d'appuis d'électeurs de Quebec pour rallier M.Labeaume à la cause et obtenir qu'il participe à la génération d'idées pour la Sauvegarde des terres patrimoniales des Sœurs de la Charité?


Visiteur

#22 Re: M.Labeaume avec nous!

2015-01-24 22:18

#21: Marco - M.Labeaume avec nous! 

 Je ne connais pas les plans d'urbanisme de la ville de Québec.Y en a-t-il? Le même scénario semble se répéter à l'infini, des logements en rangée, anonymes, beaucoup d'argent pour certains. On peut se permettre de rêver pour une fois. On est devant une magnifique et grande parcelle de terres agricoles à haut potentiel. Imaginons un instant qu'on prenne notre courage à deux mains pour créer ce quelque chose d'unique à léguer aux générations. Parfois, ça passe par autre chose que le béton et le fric à court terme, Mesdames, Messieurs les élus.

 

Marie L.

#23 Re:

2015-01-25 19:37

#1: -  

 Il est très important de conserver une grande partie de ces terres agricoles. Il peuvent être transformées en terrain de jeux pour enfants, en vergers nourricier communautaires (noix, et fruits) pour les habitants qui sont tous près. Ou bien transformées en parcelles de jardin communautaires, en mini-ferme type basse-cour....pour ne pas trop incomber les gens plus susceptible aux odeurs...il y a tant de possibilité. Il ne faut surtout pas oublier que ce sont des terres de grande qualité, riche en matière organique (production de plante fourragère et ajout de fumier de vaches depuis de nombreuses années). Les nouvelles terres que l'on défriche pour cultiver à proximité de Québec, ne sont pas auusi productive. Si on aime mieux construire des batiments en béton avec 4 pieds de gazon tout autour, c'est beau pour le coup mais après quand les gens veulent se divertir avec leur famille...ils restent sur les balcons avec leur plants tomates...quand il pourrait en cultiver à  deux pas de chez eux avec moins d'effort et en plus les citoyens aurait une occasion pour échanger entre eux et aprendre à se connaître.

André Jacques

#24 Plus d'habitants que Saint-Augustin !

2015-01-25 23:39

Le promoteur veut implanter 20,000 habitants dans ce territoire soit plus que la Ville de Saint-Augustin-de-Desmaures qui en compte 19,000. Il faut se réveiller !

Suffit d'aller voir son développement sur St-David pour anticiper le désastre.La philantropie au service du dé-zonage non merci!

De plus,ils viendront d'où ces 20,000 habitants?On vide d'autres quartiers de la ville pour en densifier un nouveau.Où est la logique à court,moyen et long terme?

André Jacques


Visiteur

#25

2015-01-26 15:37

Projet bâclé qui, en plus d'encourager une densification inutile et mal préparée, délaisse un morceau important du patrimoine de l'arrondissement de Beauport. Suffit de s'être promené sur St-David, un autre projet immobilier de l'acheteur potentiel de ces terres, pour constater l'étendu du foutoir que peu laisser une prise de décision hâtive motivée par le profit à court terme.