Appel à la reconnaissance des professions du spectacle en Suisse romande

Contacter l'auteur de la pétition

Ce sujet de conversation a été automatiquement créé pour la pétition Appel à la reconnaissance des professions du spectacle en Suisse romande.

Visiteur
Visiteur

#201 Re: Financement de la culture

2010-11-12 20:20

#200: Pauline Roy - Financement de la culture

Le mécénat privé n'existe quasiment pas.. il y a très peu de fondation, de banque ou d'entreprise qui soutiennent financièrement des projets. ça devient un apport très difficile à trouver.

Jean-Louis Johannides
Visiteur

#202 Re: RE : #195: pierrick porchet

2010-11-12 21:27

#199: Jean-Pierre Potvliege - RE : #195: pierrick porchet

Ce que tu dis à propos des salaires assurés par le fonds action intermittent parait énorme !

L'argent est versé aux administrateurs de théâtres et compagnies et ce sont elles qui payent les salaires en y faisant toutes les déductions nécessaires. Comment ferait le SECO pour retrancher de ces salaires les parts versées par le fonds. Ou alors il faudrait qu'il n'y ait pas de déductions sur la part versée par le fond, puisqu'elle ne serait pas considérée comme salaire... Cela me parait un peu kafkaïen, cela dit, on n'est à l'abris d'aucune surprise, il faut rester attentif et le cas échéant se battre contre cette mesure farfelue

marianne giroud
Visiteur

#203 Très bonne initiative

2010-11-12 21:33

En espérant que cette initiative fasse enfin bouger le Conseil fédéral !
Julitte Schaller
Visiteur

#204

2010-11-12 22:46

Se cultiver, c'est vivre.
max legoubé
Visiteur

#205

2010-11-13 01:49

Dans un monde à la dérive marchande, la poésie n'a pas de prix.
Marie-Louise HATT-ARNOLD
Visiteur

#206

2010-11-13 02:22

Quand une école ne peut plus payer ses profs, que devient-elle?


L'Institut Jaques-Dalcroze de Genève est mondialement connu en tant que maison-mère de la Méthode jaques-Dalcroze.
Les autorités genevoises semblent inconscientes du rôle qu'a joué Jaques-Dalcroze au cours du XXe siècle et combien le rayonnement de Genève se poursuit dans le monde en ce début du XXIe siècle.
Sans subvention solide, plus de rencontres et de congrès réguliers; pas de nouveaux développements de la méthode, moins de candidats aux études, moins de débouchés et finalement unedégradation des conditions de travail et des rapports humains.
Est-ce ce que nos autorités recherchent?

Jean-Pierre Potvliege
Visiteur

#207 Re: Re: RE : #195: pierrick porchet

2010-11-13 13:49

#202: Jean-Louis Johannides - Re: RE : #195: pierrick porchet

 

Ce que tu dis à propos des salaires assurés par le fonds action intermittent parait énorme !


Voici la modification de l'art. 23 al. 3bis qui pourrait être interprété, par le SECO, dans le sens de mon post précédant !

 

 

"Révision de la LACI SECO-DA/TC Projet soumis à consultation Art. 23, al. 3bis, 4 et 5 14.12.2007

Art. 23, al. 3bis, 4 et 5 3bis Un revenu réalisé dans le cadre d'une mesure de marché du travail financée par les

pouvoirs publics n'est pas assuré. Les mesures visées aux art. 65 et 66a demeurent réservées."

Alain
Visiteur

#208 même combat

2010-11-13 14:14

Voilà un exemple supplémentaire de l'assujettissement de la culture aux normes comptables... j'espère que les collègues suisses sauront se donner les moyens de s'organiser et de résister ! courage...
Véronique Grandjean
Visiteur

#209

2010-11-13 14:37

no comment
Aurélia Puchault
Visiteur

#210 je soutiens

2010-11-13 15:33

soyons unis sur ce qui se trame actuellement contre tous les systèmes de solidarités.remettons profondément en question ce système libérale qui appauvrit le monde tant économiquement qu'intellectuellement!
alors cette belle phrase reste de mises: "travailleurs de tous les pays unissez vous!"
pensons le monde et refusons ces politiques cyniques qui isolent et meurtrissent les êtres
Patrick Desche-Zizine
Visiteur

#211 Une pression intenable

2010-11-13 15:43

Pour continuer à bénéficier de l’assurance chômage, un intermittent devra cotiser pendant dix-huit mois sur une période de deux ans ! Au regard des usages du spectacle, c'est une disposition qui rend impossible l'existence de ces professions, sinon sans la moindre indépendance : car pour amuser et divertir les populations sans faire réfléchir, il ne restera plus que les bouffons du roi aux ordres d'une culture autorisée, même si elle se montre sous une apparence ouverte et éclairée, c'est une morosité organisée qui s'annonce.
cathy lamy
Visiteur

#212 niveler par le haut

2010-11-13 17:17

cette société nivelle toujours par le bas, c'est tellement plus facile et ça coute tellement moins cher...la culture n'a pas de prix, si elle disparait, les peuples meurent...il faut soutenir l'intermittence
Eva Fischer
Visiteur

#213

2010-11-13 18:31

...
pascal parizot
Visiteur

#214 Salaire de la Peur

2010-11-13 20:09

A mon sens, un intermittent du spectacle ( définition qui n existe pas en Suisse ?!?) devrait gagner la moyenne des salaires des spectateurs qui assistent à une représentation.
Ce serait une rétribution démocratique juste.
La culture devrait accessible à tous, sans qu'elle ne grève le budget.
La profession d intermittent du spectacle devrait pouvoir être exercée par tous, librement.
La confédération devrait prendre l initiative permettant de légaliser ces professions en ayant le courage et la dignité de confirmer les intermittents du spectacle dans un statut qui offre la dignité contrairement aux pratiques en cours, notamment, celui de demandeur d emploi, incluant toutes les démarches administratives inutiles déja entreprises par ceux qui vivent déjà de cet art.


roger honegger
Visiteur

#215 Maintenir une culture vivante

2010-11-13 20:14

Il est essentiel de réparer très rapidement les dégâts causés par la nouvelle LACI aux intermittents du spectacle. Faute de quoi, en plus d'interdire aux professionnel-le-s concernés d'exercer leur métier, on va rapidement assécher les disponibilités et il n'y aura plus que la télé ou les grandes troupes suisses-alémaniques pour véhiculer la culture vivante et innovante.
Danielle Fleury
Visiteur

#216

2010-11-13 20:56

je confirme ma signature
Marielouise stoffel
Visiteur

#217

2010-11-13 20:59

Il faut que les gens prennent conscience du bonheur que peuvent procurer les arts vivants!
Susana Farias
Visiteur

#218 Nous avons le droit de vivre du métier

2010-11-13 23:16

On ne peut pas généraliser. On ne peut pas nier la nature des métiers du spectacle. On ne peut pas laisser les travailleurs du spectacle sans protection. Une loi aveugle n´es pas juste !
Maria Clotilde Dubra
Visiteur

#219

2010-11-14 00:48

Le théâtre est l'expression des émotions conscientes et insconscientes
Elisabeth Sauvain
Visiteur

#220 Soutien aux professionnels du spectacle

2010-11-14 15:09

Les artistes dont les oeuvres et la créativité nous apportent émotions, réflexion, spiritualité voire transcendance, sont les partenaires indispensables d'une société équilibrée. Ils méritent le respect et le soutien du peuple et en particulier de son gouvernement.
Pierre-Alain Sauvain
Visiteur

#221 Soutien aux professionnels du spectacle

2010-11-14 15:19

J'ai personnellement voté contre cette loi qui pénalise lourdement les professionnels du spectacle. J'espère qu'une négociation pourra avoir lieu pour tenter d'effacer cette injustice.

Visiteur

#222

2010-11-14 17:45

bravo el pueblo unido jama sera vincido fratarnellement michel
Sonia Maria Duque
Visiteur

#223

2010-11-14 19:26

Sauvons une profession en voie d'extinction sans qui nos quotidiens deviendront tristes à mourir !
CHRISTINE WIPF
Visiteur

#224 ET SI...

2010-11-14 19:27

ET SI
ON FAISAIT
GREVE?
Marielouise stoffel
Visiteur

#225

2010-11-14 23:54

Les gens doivent prendre conscience du bonheur que peuvent générer et dispenser les arts de la scène, autrement dit le spectacle vivant.