La Seine n'est pas à vendre !

Contacter l'auteur de la pétition

Un ''crochet du droit'' contre la ville de Paris. Le Conseil d'Etat rend un avis négatif sur le projet de passerelles commerciales

2019-02-22 09:23:34

Quelle énorme satisfaction pour notre combat !

Le Conseil d'Etat rend un avis juridique négatif sur la projet de passerelles commerciales de la Ville de Paris au-dessus de la Seine 

 

En signant la pétition mise en ligne vous avez considérablement contribué au combat engagé par l'association ''La Seine n'est pas à vendre'' contre le projet de la Ville de Paris.

Formidable satisfaction à la lecture de l'article de Grégoire Allix paru dans le Monde daté du 16 février 2019 - que vous pouvez consulter sur notre site http://www.laseinenestpasavendre.com - qui révèle que le Conseil d'Etat, saisi d'une demande d'avis par la Gouvernement début janvier 2019, vient de rendre un avis considérant que la procédure ''Réinventer la Seine'' adoptée par la Ville de Paris, pour choisir les investisseurs et architectes pour réaliser ces ouvrages n'est pas conforme au droit français, compte tenu du fait qu'il s'agit d'infrastructures d'intérêt public nécessitant le respect des règles de la commande publique.

Le Conseil d'Etat recommande à la Ville de Paris de mettre fin à cette procédure, et si elle souhaite continuer ses projets de passerelles privées bâties, de relancer une nouvelle consultation qui soit conforme aux règles de la commande publique.

La mobilisation à laquelle vous avez participée nous permet d'espérer que la Ville de Paris abandonnera ces projets !

Pour autant, l'avis laisse intacte la possibilité pour la Ville de Paris de commercialiser du droit à construire sur des passerelles au-dessus de la Seine.

Il résulte de cette incertitude que notre combat doit continuer avec toute la vigueur nécessaire pour lutter contre la poursuite de ces projets ainsi que ceux de construction d'immeubles sur les quais hauts de la Seine, Place Mazas et sur le parvis de la Maison de Radio France.

Plus que jamais, nous comptons sur vous pour continuer à mener ce combat, y compris en adhérant à l'association (cf. notre site) et en participant au développement de ses activités.

Le Bureau de l'Association :

Corinne Jaquand, Bernard Landau (Président), Linda Leblanc, Gwenael Querrien, Marcel Rousset-Deschamps, Jean-Jacques terrin, Charles Vitez


Collectif d'Amoureux de Paris

Des nouvelles de la première réunion de l'Atelier Seine de la Mairie de Paris

2019-02-04 13:48:00

Bonjour à tous,

Le mardi 29 janvier 2019 s'est tenue la réunion de lancement de l'Atelier Seine à laquelle participait l'association. L'Atelier Seine a pour objet de réfléchir aux usages du fleuve et aux projets urbains qui lui sont liés. Les débats, assez généraux lors de cette séance, feront l'objet de Groupes de travail qui permettront la rédaction d'un Livre blanc à l'automne.

L'association attend une réponse claire concernant l'abandon des projets de ''Passerelles habitées'' et de construction d'immeubles sur les quais hauts de la Seine, ''Place Mazas'' et sur le ''parvis de la Maison de Radio France''.

Pour l'instant rien n'a été acté dans ce sens. Tout porte à croire que ces projets risquent de ressurgir.

Nous voulions vous tenir rapidement au courant des derniers développements de notre combat pour une Seine libérée. 

Nous reviendrons plus longement vers vous pour développer plus au fond notre position actuelle ainsi que les activités de l'association que vous pouvez déjà suivre sur notre site 

                              https://www.laseinenestpasavendre.com

Encore merci pour votre investissement.

Le Bureau de LASPAV

Corinne Jaquand, Bernard Landau (Président), Gwenael Querrien, Marcel Rousset-Deschamps, Jean-Jacques Terrin, Charles Vitez

 

 

 

 


Collectif d'Amoureux de Paris

Nouvelles du front fluvial avant la trêve des confiseurs

2018-12-10 11:11:49

Bonjour à tous les signataires, actuels et futurs, de la pétition "La Seine n’est pas à vendre” !    

Avant que ne s’ouvre la trêve des confiseurs, voici des nouvelles des suites de la pétition ‘’La Seine n’est pas à vendre’’ qui s’élève contre le projet de construction de 3 passerelles habitées sur la Seine.  

Tout d’abord, nous vous remercions d’avoir effectué cet acte militant, puisque la pétition a atteint 420 signatures, ce qui n’est pas si mal pour une action qui ne combat, pour l’instant, qu’un projet. Il faut continuer à diffuser et à faire signer la pétition, d’autant que notre projet a changé d’envergure.  

Pour conforter notre action : la création d'une association

En effet, dans le prolongement de la pétition, le besoin s’est fait sentir de structurer notre combat en créant, lors de l’AG du 11 juin 2018, l’association loi 1901 ‘’La Seine n’est pas à vendre’’ sur laquelle vous aurez tous les détails sur le site :

https:/www.laseinenestpasavendre.com

Durant l’été, à notre lutte contre les passerelles se sont ajoutées celles concernant les projets de la Ville de Paris sur la place Mazas et sur le terrain en bord de Seine devant la Maison de Radio France la construction d'un immeuble de trois étages, deux autres sites de Réinventer la Seine. En effet, vouloir construire des immeubles sur les quais hauts de la Seine rompt avec un combat multiséculaire de libération du fleuve de sa gangue de constructions pour aérer la ville. Pour la place Mazas nous avons agi en collaboration avec l’Association de protection des riverains de la place Mazas et du port de l’Arsenal (APRPMPA).  

Mi-novembre, la Lettre 01 de notre association LSPAV, consultable sur le site, a synthétisé son activité pendant ses six premiers mois d’existence.  

La réussite de notre réunion publique du 21 novembre 2018

La réunion publique du 21 novembre 2018, qui a réuni 157 personnes, a permis de présenter un premier bilan de nos actions et de laisser une grande place au débat, avec de multiples questions et interventions de la salle. Nous avons ainsi confirmé notre rôle de lanceur d’alertes et notre volonté d’amorcer un débat public qui doit être  organisé par les autorités concernées. En préalable, nous affirmons que tout le foncier public de la vallée de la Seine - berges basses et hautes, affluents et canaux - doit demeurer public, dans l’intérêt général et pour ne pas handicaper l’avenir.  

Une véritable victoire : l'annonce d'un moratoire sur les projets que nous combattons

Votre mobilisation dans la pétition et son prolongement dans l’association n’ont pas été vains, puisque l’adjoint à l’urbanisme de la Ville de Paris a annoncé (Cf. l’article de Grégoire Allix dans Le Monde du 20 novembre 2018) un moratoire pour les trois projets évoqués ci-dessus, jusqu’à ce qu’une étude sur la Seine menée par l’Atelier parisien d’urbanisme et un atelier participatif permettent de se déterminer.  

 

Nous avons conscience qu’il reste un énorme travail, aussi vous pouvez faire part de vos suggestions et remarques via :

  contact@laseinenestpasavendre.com  

Dans l’attente de vos retours et suggestions, nous vous souhaitons de très bonnes fêtes de fin d’année et vous disons à très bientôt, l’année prochaine !  

Le Bureau de LSPAV 

Jean-Pierre COURTIAU, Corinne JAQUAND, Bernard LANDAU (Président), Gwenaël QUERRIEN, Marcel ROUSSET-DESCHAMPS, Jean-Jacques TERRIN, 


Collectif d'Amoureux de Paris

Information des signataires

2018-12-08 09:38:10

Bonjour à tous les signataires, actuels et futurs, de la pétition "La Seine n’est pas à vendre” !    

Avant que ne s’ouvre la trêve des confiseurs, voici des nouvelles des suites de la pétition ‘’La Seine n’est pas à vendre’’ qui s’élève contre le projet de construction de 3 passerelles habitées sur la Seine.  

Tout d’abord, nous vous remercions d’avoir effectué cet acte militant, puisque la pétition a atteint 420 signatures, ce qui n’est pas si mal pour une action qui ne combat, pour l’instant, qu’un projet. Il faut continuer à diffuser et à faire signer la pétition, d’autant que notre projet a changé d’envergure.  

Pour conforter notre action : la création d'une association

En effet, dans le prolongement de la pétition, le besoin s’est fait sentir de structurer notre combat en créant, lors de l’AG du 11 juin 2018, l’association loi 1901 ‘’La Seine n’est pas à vendre’’ sur laquelle vous aurez tous les détails sur le site :

https:/www.laseinenestpasavendre.com

Durant l’été, à notre lutte contre les passerelles se sont ajoutées celles concernant les projets de la Ville de Paris sur la place Mazas et sur le terrain en bord de Seine devant la Maison de Radio France la construction d'un immeuble de trois étages, deux autres sites de Réinventer la Seine. En effet, vouloir construire des immeubles sur les quais hauts de la Seine rompt avec un combat multiséculaire de libération du fleuve de sa gangue de constructions pour aérer la ville. Pour la place Mazas nous avons agi en collaboration avec l’Association de protection des riverains de la place Mazas et du port de l’Arsenal (APRPMPA).  

Mi-novembre, la Lettre 01 de notre association LSPAV, consultable sur le site, a synthétisé son activité pendant ses six premiers mois d’existence.  

La réussite de notre réunion publique du 21 novembre 2018

La réunion publique du 21 novembre 2018, qui a réuni 157 personnes, a permis de présenter un premier bilan de nos actions et de laisser une grande place au débat, avec de multiples questions et interventions de la salle. Nous avons ainsi confirmé notre rôle de lanceur d’alertes et notre volonté d’amorcer un débat public qui doit être  organisé par les autorités concernées. En préalable, nous affirmons que tout le foncier public de la vallée de la Seine - berges basses et hautes, affluents et canaux - doit demeurer public, dans l’intérêt général et pour ne pas handicaper l’avenir.  

Une véritable victoire : l'annonce d'un moratoire sur les projets que nous combattons

Votre mobilisation dans la pétition et son prolongement dans l’association n’ont pas été vains, puisque l’adjoint à l’urbanisme de la Ville de Paris a annoncé (Cf. l’article de Grégoire Allix dans Le Monde du 20 novembre 2018) un moratoire pour les trois projets évoqués ci-dessus, jusqu’à ce qu’une étude sur la Seine menée par l’Atelier parisien d’urbanisme et un atelier participatif permettent de se déterminer.  

 

Nous avons conscience qu’il reste un énorme travail, aussi vous pouvez faire part de vos suggestions et remarques via :

  contact@laseinenestpasavendre.com  

Dans l’attente de vos retours et suggestions, nous vous souhaitons de très bonnes fêtes de fin d’année et vous disons à très bientôt, l’année prochaine !  

Le Bureau de LSPAV 

Jean-Pierre COURTIAU, Corinne JAQUAND, Bernard LANDAU (Président), Gwenaël QUERRIEN, Marcel ROUSSET-DESCHAMPS, Jean-Jacques TERRIN, Charles VITEZ.


Collectif d'Amoureux de Paris

La mobilisation commence à payer !!

2018-11-17 17:28:20

Devant un mouvement croissant de contestation, qu'il s'agisse des projets de passerelles habitées ou de projets de constructions sur les berges hautes bordant la Seine comme Place Mazas ou devant la Maison de la Radio dans le 16ème, la Ville de Paris aborde un changement de cap salutaire !

L'Unseco et l'Etat commençaient probablement à s'insquiéter des possibles fragilités du PLU de Paris en matière de protections  du site de la Seine classé au patrimoine mondial. Une étude de zone tampon a ainsi été  réalisée à la demande des services de l'Etat afin de renforcer la protection des abords de l'actuel périmètre du site UNESCO. Le bassin de l'Arsenal, la Place Mazas, L'ile aux Cygnes sont concernées.

Abordée au dernier conseil de Paris, la question a donné l'occasion à la Mairie de proposer la mise en place d'un "Atelier Seine" ouvert aux associations et institutions en janvier prochain. Une étude est (enfin!!) confiée à l'APUR afin de proposer au printemps  2019 une vision globale et prospective de la Seine dans Paris.

Ce sont de très bonnes nouvelles !  

La perspective des JO de 2024, les enjeux du grand Paris mettent aussi à l'ordre du jour un grand débat citoyen métropolitain sur la Seine comme trait d'union du Grand Paris.

L'Association La Seine n'est pas a vendre vous invite à ouvrir le débat 

"La Seine,  Paris et le Grand Paris"

Mercredi 21 Avril de 18h30 a 21h.    17, Rue Léopold Bellan,  des le 2ème arrondissement de Paris.

Venez nombreuses et nombreux donner votre avis !!


la Seine n'est pas a vendre ! www.laseinenestpasavendre.com.

Ou en est le projet de passerelles habitées à Paris ?

2018-10-25 20:28:30

D'après nos informations, alors que 27 dossiers ont été remis aux organisteurs de Réinventing Cities et à la Mairie de Paris en juillet dernier, aucune date n'est encore fixée pour réunir le jury devant sélectionner les équipes admises a remettre une proposition technique, architecturale et financière en 2019.

Sur les trois sites initialement proposés, du fait probablement de la proximité avec le site de protection de la Seine au patrimoine mondial  par l'Unesco et d'un prochain débat au Conseil de Paris sur la création d'une "zone tampon" élargissant le périmètre actuel du site UNESCO, la proposition d'une passerelle  entre le jardin Tino Rossi (V éme arrondissement), et le quai Henry IV ( IVéme arrondissement), est abandonnée.

Il semble par ailleurs que le projet de passerelles habitées suscite un débat concernant  les droits réels a céder au dessus d'un plan d'eau pour des constructions sur des ponts ou passerelles.

En fonction des résultats de ces expertises juridiques (relevant du Conseil d'Etat), le jury pourrait etre amené a se réunir. Restons mobilisés, continuons de faire signer cette pétition !


Association La Seine n'est pas a vendre !

L'association La Seine n'est pas a vendre vous invite a un débat citoyen sur la Seine dans le Grand Paris le 21 novembre a 18h30

2018-10-25 20:08:12

L’association "La Seine n’est pas à vendre" vous invite à un débat citoyen 

  Le  21 novembre 2018 de 18h30 à 20h30,  Salle Jean Dame 17, rue Léopold Bellan, 75002.    

 

Face aux défis posés par le changement climatique et la construction métropolitaine,  nous devons défendre les qualités paysagères, patrimoniales, environnementales et écologiques du fleuve et de ses affluents qui ont fondé le site du grand Paris !  

Trop d’exemples récents de marchandisation et de bétonisation excessive des berges du fleuve appellent à la vigilance et à l’action !

Comment imaginer pour le 21ème siècle avec les citoyens, associations et institutions concernées  une ambition et le projet d’un aménagement et développement écologique global et local pour la Seine dans le Grand Paris ?    


Association La Seine n'est pas a vendre

Résultats de REINVENTING CITIES, projet des passerelles habitées sur la Seine

2018-09-22 14:21:06

Bonjour cheres et chèrs signataires,

Les résultats du premier tour de de l'appel a projet lancé par le C 40 dans plus de 30 villes dans le monde dont Paris commencent a etre publiés. Ceux concernant les projets de la région parisienne ( Paris porte de Montreil, Saint Denis..) sont connus, seuls ceux concernant le choix d'équipes pour réaliser des passerelles habitées dans Paris ne sont pas encore communiqués.  Les organisateurs ont encore besoin de diverses expertises pour que le jury puisse prendre des décisions. Cela ne nous étonne pas, tant la procédure et la méthode choisie nous ont dés le début semblé hasardeuses, voire dangereuses. Nous restons vigilants  et mobilisés car, malgré l'évidente complexité de cet inquiétant  "pari", certains de ses initiateurs semblent y tenir coute que coute.

Nous vous invitons dans l'attente des résultats a soutenir la pétition lancée par les riverains de la place Mazas et du bassin de l'Arsenal s'opposant à la construction de batiments sur le trottoir du quai haut de la Seine à cet endroit, un précédent qui risque, si il est réalisé, de conforter la possibilité de construire sur les quais hauts du fleuve, une des conditions de réalisation des passerelles habitées sur le fleuve par des capitaux privés. : https://chn.ge/2x4Nt5G


Association La Seine n'est pas a vendre

la ville de Paris s’apprêterait a renoncer au projet de passerelles habitées sur la Seine, une victoire du débat démocratique !!

2018-09-03 11:36:31

Déclaration de l’association ‘La Seine n’est pas à vendre’ Paris le 3 septembre 2018  

La ville de Paris se préparerait à abandonner le projet de passerelles habitées sur la Seine, si cette information se confirme, le débat démocratique aura été utile ! La Seine mérite qu’on lance un débat citoyen à son sujet !  

 

Les résultats de l’appel à projet lancé par la Ville de Paris dans le cadre de Réinventing Cities devraient être prochainement  rendus publics.  Cette consultation internationale, concernant 24 villes et plus de 40 sites, s’inscrit dans la continuité d’appels à projets lancés ces dernières années sous les labels « réinventer Paris, réinventer la Métropole, réinventer la Seine, réinventer les sous-sols ».  Elle permet à des investisseurs et à des architectes de faire des propositions innovantes « clés en main » en deux temps : manifester une « intention d’intérêt » puis faire une proposition chiffrée. Paris a proposé deux sites pour cette consultation dont celui de la Seine pour la construction de trois passerelles piétonnes habitées sur le fleuve. Cette proposition a surpris par son audace ! La ville prenait le risque de confier à des investisseurs privés, dans un contexte juridique, patrimonial et historique délicat, la réalisation de ces ponts. S’agissait-il d’un besoin crucial dans une ville qui bat le record mondial de ponts, ou d’un besoin impérieux d’activités commerciales ou culturelles surplombant le fleuve, aucune étude préalable n’en faisait état. Seule l’attractivité du site semblait justifier ce coup de poker dont l’intérêt public interrogeait plus d’un.  Six ans avant les jeux olympiques de 2024, proposer des ponts habités à Paris, dont le monde entier connait les berges de Seine classées au patrimoine mondial de l’Unesco et ses 37 ponts, apparaissait comme un très bon coup de communication. « La Ville veut laisser une empreinte de son mandat » et « souhaite prendre date dans cette histoire », pouvait-on lire dans les annonces officielles. Et effectivement l’annonce  du projet, en novembre 2017, a été largement relayée  par la presse écrite et audiovisuelle. Selon plusieurs sources bien informées, et bien que plus d’une vingtaine de groupements aient déposé un dossier, la ville ne compte pas donner suite au projet.  Raisons techniques, insuffisance des propositions, inquiétude des services de l’Etat jusqu’alors diplomatiquement silencieux, arbitrage politique de la Maire au vu des difficultés du sujet ? On en saura un peu plus prochainement. En publiant en février 2018 une tribune libre dans Libération sous le titre « La Seine n’est pas a vendre »[1] , nous avions souhaité ouvrir un débat sur ce projet que nous jugions à plusieurs titres erroné.  Indépendamment des questions patrimoniales que posait cette idée saugrenue de marchandisation de ponts sur le fleuve, nous remettions en cause une méthode privilégiant un partenariat public/privé, prise de façon unilatérale, sans aucun débat, à commencer au Conseil de Paris pour réaliser des ouvrages d’art d’intérêt public. Nous étions persuadés qu’aucun investisseur ne trouverait de modèle économique permettant de financer ces passerelles, sauf à construire des bâtiments sur les berges basses ou hautes pour amortir les couts du projet. Aux ingénieurs et architectes de dessiner de beaux ouvrages et aux investisseurs de trouver le modèle économique avait-il été annoncé  en prenant pour prétexte l’assèchement des capacités financières de la ville. Légèreté de la démarche, manque d’analyse et d’études préalables, mauvaise compréhension de la complexité exceptionnelle du rapport que la ville entretien depuis plusieurs siècles avec son fleuve, manque de dialogue interne avec des services techniques et une agence d’urbanisme dont les compétences sont unanimement reconnues, on s’interroge ; comment la décision de réaliser ce projet a-t-elle pu être prise ?         Si ces informations se confirment, le débat démocratique que nous appelions de nos vœux aura permis de prendre une bonne décision.  Cet épisode illustre cependant les risques de l’évolution très libérale de l’urbanisme parisien. C’est actuellement le cas d’un projet retenu pour Réinventer la Seine qui propose de construire, place Mazas, sur un vaste trottoir de berges de Seine entre le pont d’Austerlitz et le bassin de l’Arsenal deux bâtiments  dont un de sept étages à la hauteur de la tête de pont, proposition qui supprimera plus de 20 grands arbres sur les 29 existants actuellement. Faut-il rappeler que ces trottoirs ne sont pas des terrains à bâtir, et que ces vastes espaces et leurs rives arborées constituent comme l’ont encore montré les fortes chaleurs de l’été des couloirs de ventilation naturelle indispensables à la qualité de vie ! Les relations entre Paris et la Seine constituent une réalisation urbaine dont aucune ville au monde ne peut se prévaloir. Cette réussite exceptionnelle est le fruit de deux millénaires de création, de relations intenses au fleuve, et d’usages qui se sont emmêlés, superposés, succédés. La Seine est aussi le grand trait d’union de la métropole. A l’heure du grand Paris, il y a plus urgent que de construire sur les berges du fleuve sans vraiment tenir compte des risques d’inondations ou de réaliser des passerelles touristiques marchandes au cœur de la capitale.  La récente libération des berges basses ouvre une belle perspective. Les notions de dommage écologique, de justice environnementale, de charte de l’environnement, de responsabilité,  se précisent partout dans le monde, et acquièrent leur place dans le débat public. La Seine mérite d’être protégée contre toute décision qui viendrait la dénaturer. Pourquoi ne pas lancer un grand débat citoyen métropolitain associant habitants, élus municipaux, acteurs  publics et privés et institutions  concernées sur la place de la Seine dans la métropole du Grand Paris et, pourquoi pas, sur sa personnalité morale dans ce débat ? [1] L’association «  La Seine n’est pas à vendre » a été créée en juin 2018 pour  « entreprendre et développer toutes actions pour la reconnaissance de la Seine comme espace public inaliénable : pour la protection et la mise en valeur du fleuve, de ses affluents et canaux, de ses abords, de son grand paysage et de son patrimoine matériel et immatériel ».

 

www/ laseinenestpasavendre.fr.  


Association La Seine n'est pas a vendre

Rassemblement festif du Collectif place Mazas samedi 23 juin 14h30 à 17h lors du Festival Mazas

2018-06-22 14:05:42

Chers amoureux de Paris

Pour montrer notre détermination, les associations signataires seront aussi place Mazas lors de l'événement de la ville Festival Mazas  Samedi de 14h30 à 17h dans une humeur festive, canotier, Tee Shirt de couleur vive et des pancartes :

Un trottoir de bord de Seine n’est pas un terrain à bâtir, ou Laissez respirer le fleuve et la ville, ou Parisiens on vous vole la Seine, ou l’espace public de la ville est inaliénable

A vous de jouer !

Capture_affiche_mazas.JPG


Collectif d'Amoureux de Paris



Partager cette pétition

Aidez cette pétition à récolter plus de signatures.

Comment promouvoir une pétition ?

  • Partagez la pétition sur votre mur Facebook et dans les groupes liés au sujet de votre pétition.
  • Contactez vos amis
    1. Écrivez un message dans lequel vous expliquez pourquoi vous avez signé cette pétition, car les gens seront plus susceptibles de la signer s'ils comprennent l'importance du sujet.
    2. Copiez et collez l'adresse web de la pétition dans votre message.
    3. Envoyez le message par e-mail, SMS, Facebook, WhatsApp, Twitter, Skype, Instagram ou LinkedIn.



Publicité payante

Nous ferons la promotion de cette pétition auprès de 3000 personnes.

Apprendre encore plus...