Pour que la mort "au champ d'honneur" d'un soldat français ne soi