Génération en détresse : Réouverture des activités sportives, reprise de l’école à temps plein et agrandissement de la « bulle ».

Génération en détresse : Réouverture des activités sportives, reprise de l’école à temps plein et agrandissement de la « bulle ».

IMG_1543_(1).jpgA 16 ans, la vie est faite de belles et joyeuses promesses. Le monde s'offre à nos jeux d'enfants et on a l’impression que rien ne nous résiste.

Aujourd'hui, mes rêves s'échappent. Et je les regarde s'envoler, impuissant.

Je croyais que l'adolescence serait la plus croustillante période de ma vie. J'espérais de l'insouciance, de la joie, des rencontres, des erreurs et de la folie, pour m'emmener partout où mes premiers pas ne m'avaient pas encore amené. Je savais que j'allais me tromper, connaitre des chagrins et passer par des chemins escarpés. Mais c’est ça aussi, grandir !

Aujourd'hui, j'ai l'impression qu'on écrase mes perspectives, qu’on gomme mon horizon !

Mon réveil sonne à 6h30. Je passe la journée sur une chaise à emmagasiner de la matière scolaire, quand j'ai la chance de pouvoir me rendre à l'école. Sinon, je suis devant mon ordinateur pour les cours en ligne que mon cerveau a du mal à saisir. Ma soirée sera consacrée à rattraper le retard accumulé dans les différentes matières car les cours en ligne ne sont pas complétement opérationnels. Certains jeunes décrochent ; j’ai pu le constater durant ma période d’examens. Mais cela passe inaperçu car on reste discret.

Laissez-nous retourner à l’école en présentiel et à temps plein avant qu’on se démobilise totalement. 

Sachez que nous avons compris que la société avait besoin de notre contribution pour nous protéger les uns les autres de ce virus.

Nous avons accepté de nous mettre entre parenthèse et d'arrêter de vivre notre jeunesse tant attendue pour prendre soin de la vie des personnes plus vulnérables.

Mais après 11 mois, j'ai l'impression que c’est nous qui sommes devenus fragiles.

On est à bout... J’ai envie de hurler, de m’enfuir. Mais je me contiens par respect, par civisme, pour les autres qui souffrent plus que moi et même pour ceux qui ont connu la guerre. Car évidemment, je sais que je ne suis pas le plus à plaindre et qu'indéniablement, je n'ai pas connu la guerre. On me l'a répété assez ces derniers temps ! Mais est-ce une raison pour qu’on nous oublie, pour qu'on ignore notre mal-être ?

Malgré notre insolente jeunesse, nous sommes aussi capables de prendre nos responsabilités et de suivre des recommandations sanitaires. Nous savons nous laver les mains, rester à distance, porter un masque. Respecter des règles qui ont du sens et qui nous parlent n'est évidemment pas un problème.

Je pense qu'il est devenu nécessaire de réouvrir les activités sportives pour les plus de 12 ans ! Laissez-nous rejoindre nos terrains de sport préférés, nos coéquipiers, notre coach, les challenges.

S'il vous plait, entendez-nous ! On étouffe ! On a vraiment besoin de déconnecter, de libérer notre cerveau de tous ses soucis.

Quant à la bulle, pensez-vous sérieusement qu’un seul petit contact nous permette de garder le moral ? Nous devenons des êtres asociaux alors que nous avons besoin d’un groupe pour nous identifier, pour évoluer, pour nous confronter. Et un groupe, ce n'est pas 2 personnes !

Permettez-nous d'agrandir la bulle et autorisez les activités qui ont déjà prouvé qu'elles pouvaient être organisées dans la sécurité.

J’ai 16 ans. Je suis fatigué, excédé même, presqu'en colère. C'est un sursaut d'ardeur qui m'a décidé à écrire cette lettre pour moi, mais aussi et surtout pour tous les autres.

Si vous vous sentez concernés par ce texte et que vous voulez marquer votre adhésion, n’hésitez pas à nous soutenir en signant cette pétition en cliquant sur le lien.

Lettre rédigée par Adrien Charmetant, encouragé par ses proches, le 25/01/2021.

Signer cette pétition

En signant, j'autorise Adrien Charmetant à transmettre les informations que je fournis sur ce formulaire aux personnes ayant un pouvoir de décision sur cette question.


OU

Pour recevrez un e-mail contenant un lien pour confirmer votre signature. Pour vous assurer de recevoir nos e-mails, veuillez ajouter info@petitionenligne.fr à votre carnet d'adresses ou votre liste des expéditeurs autorisés.

Veuillez noter que vous ne pouvez pas confirmer votre signature en répondant à ce message.




Publicité payante

Nous ferons la promotion de cette pétition auprès de 3000 personnes.

Apprendre encore plus...